Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2022

Casino de Paris, en être ou ne pas en être : question résolue !

"L'homme est ainsi, il se nourrit de souvenirs et trébuche sur l'amer". Richard BOHRINGER

Il en va de nos décisions comme de bien des choses dans la vie : elles ne nous appartiennent pas toujours complètement. Elles sont souvent le fruit d'un enchaînement - heureux ou non - de circonstances diverses et variées, voire avariées. Au moment où l'on prend telle ou telle décision, on ignore (et c'est tant mieux) tout ce qu'elle va impliquer. Ainsi, il y a 31 ans, m'étant moi-même condamnée à devenir prof en raison d'une soi-disant vocation (l'impétuosité de la jeunesse aime les grands mots), j'avais dit à mes camarades de terminale que j'hésitais entre enseigner l'allemand et enseigner l'italien. Là, un de mes amis s'était écrié : « Non, mais toi, il faut que tu deviennes prof d'allemand, c'est une évidence. Tu nous parles tellement de cette langue que si tu ne t'y consacres pas pleinement, tu le regretteras toute ta vie ». Ce jour-là, je devais rendre mon dossier de poursuite d'études et n'avais encore rien écrit dessus, à part mon nom et autres renseignements sans conséquences. Le reste n'était pas dépourvu de conséquences et j'en avais bien conscience. Les propos de mon ami, jouant un tantinet avec la corde du tragique, résonnèrent furieusement en moi. Sur le dossier, mon stylo traça avec conviction : « fac d'allemand ». Choix qui ne fut pas salué par ma prof d'italien ! Choix qui devait orienter ma vie entière, il faut bien le dire. Par la suite, je me suis souvent demandé quel chemin j'aurais parcouru si j'avais mis « fac d'italien ». Je ne saurai jamais. Pas le temps de vivre deux vies, une seule étant déjà assez compliquée à mener ! C'est comme dans la chanson de Goldman, chacun repart soit avec ses X, soit avec ses XY, et « tant pis, on ne saura pas ce que ça aurait donné ». Est-ce réellement mieux comme ça, plus sage, plus correct ? Mystère impénétrable...

Bref... Début septembre, en analysant mon emploi du temps, je m'étais vaguement dit qu'un aller Metz-Paris (avec retour le lendemain) serait envisageable le 22 novembre (date à laquelle HFT se produit au Casino de Paris : comment ça, vous l'ignoriez ?!)...

Mercredi, je conduisais ma fille Louise à son cours de krav maga, et nous écoutions Thiéfaine dans la voiture. À sa demande, je précise ! Honnêtement, si ça n'avait tenu qu'à moi, nous aurions … écouté Thiéfaine de la même façon !!! Nous chantions en chœur, tout en ne nous interdisant pas quelques commentaires. Ainsi, c'est mercredi que j'ai appris que Louise adorait le vers suivant : « À mettre sa vie en musique, on en oublie parfois de vivre ». La bonne gosse ! Cela m'a mise en confiance. J'ai décidé de lui dire que je n'avais toujours pas résolu le dilemme qui sévit en moi depuis septembre : en être ou ne pas en être, de cette soirée au Casino de Paris ? Bien sûr, d'un point de vue technique, c'est jouable, je le sais depuis un certain nombre de semaines, j'ai étudié la question avec un zèle exemplaire. Mais le reste, mais le reste... La fatigue engendrée par la surdose d'adrénaline, l'angoisse de louper mon train ou de ne pas le voir arriver pour cause de grève, la trouille d'un incident mécanique frappant précisément le même train ce jour-là précisément, la redescente redoutable après le concert, qui plus est en plein mois de novembre... La folie aussi. Car oui, c'est folie de plier ainsi ma vie aux exigences de ma passion. L'organiser en fonction du passage d'HFT ici ou là. Trembler devant le planning des réunions (parents-profs, conseils de classes, etc.). Craindre le moindre grain de sable susceptible de venir percuter la machine dont j'essaie de huiler savamment les rouages, tentant de parer d'avance à toute éventualité. Intimant aux malencontreux aléas l'ordre d'aller se faire voir ailleurs en période de tournée. Après, d'accord, ils pourront reprendre une activité normale, comme dans les Guignols de l'info, et comme dans le cours de toute existence. Essayer de combattre le mauvais œil en inventant toutes sortes de conjurations qui n'ont cours dans aucune religion. Les jours précédant un concert, ingurgiter en se pinçant le nez de douteuses décoctions censées renforcer le système immunitaire. Tomber bien bas, quoi !

Autant dire que chaque concert de Thiéfaine est une victoire sur les impitoyables coups tordus du destin ! Revenons à mercredi et retournons, si vous le voulez bien, à l'avant de ma voiture, en compagnie de Louise. Je lui faisais donc part du dilemme qui était le mien, Casino de Paris ou pas Casino de Paris ? Et voilà qu'elle me l'a réglé en deux coups de cuillère à pot, le dilemme : « Non mais maman, tu ne te poses même pas la question : tu y vas, à ce concert ». Comme je ne suis pas loin de penser que ce que Louise veut, Dieu le veut aussi (il n'a pas le choix, elle est tellement déterminée), j'ai donc décidé de faire en sorte d'assister à ce concert. À peine étions-nous de retour à la maison que je me procurais le nécessaire (billet de concert, aller-retour Metz-Paris, chambre d'hôtel). Le tour était joué. Il ne reste plus qu'à compter sur un sort clément et enclin à aligner docilement les astres en novembre. Ce n'est pas demander la lune non plus ! D'ailleurs, ce même sort a déjà fait preuve d'une certaine docilité et je l'en remercie : les réunions parents-profs tombent la semaine avant le concert au Casino de Paris !

Je rappelle qu'en décembre 1998, je refusai d'accompagner un de mes copains à Bercy au motif que le concert avait lieu un vendredi et que j'avais cours le lendemain matin. Alors que ce copain me promettait un retour dans la nuit et mettait en avant la possibilité que j'aurais de faire une sieste le samedi après-midi. Je me dérobai. Comme une cloche. Je ne me suis jamais pardonné cet écart de conduite absolument incompréhensible. Je sais, on peut avoir des regrets plus consistants, mais tout de même. Il en est quelques-uns qui persistent opiniâtrement. Donc, si j'ai décidé d'aller au Casino de Paris le 22 novembre, ce n'est pas folie, croyez-moi, mais sage précaution ! Il s'agit d'éviter tout regret. Ces machins-là, c'est trop tenace, ça vous enjambe les décennies avec une telle obstination qu'il vaut mieux ne pas en avoir !!! Et c'est le moment d'en revenir à mon introduction, vous savez, avec l'ami de terminale... Ce concert au Casino de Paris, si je n'y vais pas, je le regretterai toute ma vie !

Commentaires

Salut Katell

Moi je me tâte encore car un concert à Paris, n’habitant pas dans le coin, engendre pas mal de frais supplémentaires… Louise n’est pas dans le coin pour me dire quoi faire ?… :-)

Écrit par : Bételgeuse | 01/10/2022

Je viens de consulter Louise. Elle dit qu'elle ne peut malheureusement conseiller que sa mère, trop de responsabilités autrement ! Mais conseil de Katell : attention à l'invasion possible de regrets durables !

Écrit par : Katell | 01/10/2022

Salut Katell

Effectivement, avoir raté le concert de Bercy 1998 est impardonnable pour tout bon fan de Thiéfaine qui se respecte. Un très grand cru avec tonton Tony aux arrangements et à la direction d'orchestre. Un de mes grands souvenirs thiefainesques.

Amitiés
Narcisse ;-)

Écrit par : Narcisse | 01/10/2022

Eh oui, Narcisse ! Il faudrait pouvoir refaire le film ! Contente de te "revoir" ici ! Seras-tu au Casino de Paris ?

Écrit par : Katell | 01/10/2022

Salut Katell

Peut-être eût-il fallut choisir le romanche ?

Bon, sinon, dans ta liste des petits grains de sable, tu as omis le rhume…
Mais non, tout va bien se passer !

Pour Bercy 98, c'est un truc à se réveiller en pleine nuit, ça :-)

Salutations numériques

Écrit par : Seb | 02/10/2022

@ Narcisse :

Je te cite ' Un très grand cru avec tonton Tony aux arrangements et à la direction d'orchestre. Un de mes grands souvenirs thiefainesques. '

, tu n'as pas changé ;-)

Il est vrai que Bercy 98 fût un grand moment, il me faut à ce moment réciter Camus :

' La pensée d'un homme est avant tout sa nostalgie. Albert Camus
Le mythe de Sisyphe, p.70 '

Question du Doc : ne serais-tu pas obsessionnel du latin obsidere qui veut dire assiéger :-)

Toutefois il est vrai pour moi aussi que ce fût un grand moment car j'y étais avec ma fille ou mon Abeille !...

Cordialement Narcisse, toi un de mes censeurs préféré ;-) [ On the road .. ]

Signé : l' Orchi Doc laste de sévice.

, ....

Écrit par : New-Doc | 02/10/2022

Seb, oui, peut-être que le romanche aurait été LA solution ! À expérimenter dans une autre vie (quoique ... non, en fait : comme Hubert, je supplie Wakan-Tanka d'oublier de me réincarner !!!).
Doc, quel joli surnom tu t'es donné là ! C'est marrant ! Mais ne t'en fais pas : tu ne me brises rien, j'aime beaucoup ta présence ici. Sans toi, ce blog ne serait pas tout à fait ce qu'il est !

Écrit par : Katell | 02/10/2022

Que cela sois écrit et accompli! (ramses)

Écrit par : lefan | 03/10/2022

# Que cela soit écrit et accompli !

LE FUTUR COMMENCE MAINTENANT 2/7

Matthieu 23 : 37-39 et 24 : 1-4 #

, nous sommes hélas toujours* porté par notre passé ... ( je ne ferai pas hic & nunc maintenant mon Boris .. ) ..

* au-delà de 25 ans notre câblage neuronal est ' abouti ' alors il faut nous travailler à le maintenir tout son entretenant notre terreau-gliale !...

, ...

Écrit par : New-Doc | 03/10/2022

@ ... :

En 2023 13 ZENI&TH ;-) , ou Défloration 13 n'en déplaise à certains que je pourrais dénoncer !...

https://view.emails.sonymusicfans.com/?qs=c08944354b2eb904624dfc7944d3716bb9bdd97a577e4e9ed3cd74e72289af3b9c9d42aec76e41d5eb44d9463282bd68eeec34a36525baa3e31986251c1cc244937274999cfe4af3

, je dis mais je n'dis pas rien ..

, ...

Écrit par : J.P ZENI ou the New-Doc. | 12/10/2022

Hello Katell et tout le monde,

Merci pour tes billets Katell, je suis venue régulièrement te lire, sans trop participer... ça me mettait un peu le bourdon de ne pas réussir à m'organiser pour aller à un autre concert... avec qui, quel budget, tout ça...

Mais je suis allée au concert de Compiègne hier, avec mes aînés. C'est près de chez moi mais comme je saoûle un peu ma famille avec HFT, je m'auto-censurais, me demandant si j'allais m'y rendre et surtout si j'allais m'y rendre seule.

Nous y sommes donc allés à trois, avec des billets pris la veille. C'était un très chouette concert, Hubert très en voix, et les saxo et violoncelle à fond. Mais forcément, des billets pris au dernier moment ce n'était pas au centre et pas au centre des grands fans non plus :) donc à côté de nous l'ambiance était très sage. Du coup on a un peu bougé et chanté mais on s'est aussi pas mal retenus. Au centre l'ambiance était plus chaleureuse, je crois.
Vu la sagesse de nos voisins d'hier, je me demande comment j'ai pu penser, plus jeune, comme tu l'évoquais Katell, que les concerts de Thiéfaine c'était le chaos. Je ne sais pas si c'est parce que le public de Compiègne venait en partie juste comme ça, ou si les réglementations évoluant (la loi Evin, tout ça) et l'âge avançant, tous les spectateurs se sont incroyablement assagis.

J'adore toujours autant ces versions d'Abdallah, Pulque Mescal y Tequila, 4h10, vraiment cette tournée acoustique (enfin pas tout à fait quand même) est superbe. J'ai redécouvert profondément des chansons que j'avais un peu oubliées ces dernières années comme Une valse noire, et je ne m'en lasse vraiment pas.
La set-list est plus courte qu'au début de la tournée, je rêvais un peu de 542 lunes en toute fin après La fille du coupeur mais non, 542 lunes n'a pas été jouée et Ad orgasmum non plus.

En tout cas, j'étais vraiment super contente d'y être. J'ai trouvé Hubert très respectueux de son public, il a chanté à fond alors que c'était une petite salle et que manifestement tout le monde ne connaissait pas tout par coeur.

Donc là j'en suis à penser au Casino de Paris, j'irai seule probablement et il ne reste plus beaucoup de places, il faut que je me décide et que j'assume vis-à-vis de mes proches que si, si, je vais encore y retourner.

Mais tu as raison Katell, et ta fille a raison, louper un concert c'est trop de regrets !

Écrit par : Nadja | 16/10/2022

Et je confirme pour la redescente redoutable (non climatisée :))
Ce matin je me suis réveillée avec un moral pas top, regrettant de ne pas avoir acheté de T-shirts (oui c'est n'importe quoi).
Bon après en me souvenant de l'ambiance "borracho, hombre" ça allait mieux :)

Écrit par : Nadja | 16/10/2022

Cit. ' Casino de Paris, en - être ou ne pas en être -: question résolue !

, ou de - to be or not to be - à - toubib ou pas toubib - voilà qu'elle une bonne question ;-)

, ou the Doc or not the Doc ?

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure*

* Le Pont Mirabeau
Guillaume Apollinaire

Signé : le Doc. ( un peu New tout de même .. )

, ...

Écrit par : le Doc. | 17/10/2022

@ Nadja :

Ceci étant dit j'étais à Compiègne ;-)

, et j'ajoute :

De Margny-lès-Comipiègne à - Pas de printemps pour Marnie - je m'ose aussi à franchir le gué à cheval sur ma monture !...



, ...





, ...

Écrit par : le Doc. | 17/10/2022

Ah, Nadja, comme je te comprends ! Ce bourdon du lendemain, le regret de ne pas avoir acheté tel ou tel objet : c'est du vécu chez moi aussi ! Allez, franchement, écoute les bons conseil de ma fille Louise et fonce, le Casino de Paris te tend les bras !!!! Ton entourage comprendra ! On n'a qu'une vie et on n'a qu'un Thiéfaine !!!!

Écrit par : Katell | 17/10/2022

@ ... :

https://thiefaine.com/livre-dor/

, ...

Écrit par : le Doc. | 17/10/2022

Excellent, Doc ! c'est ce qu'il m'avait semblé, vu l'annonce du début !

Oui Katell tu as raison, il faut que j'aille au Casino de Paris... l'anticipation n'est pas mon fort en ce moment.... Tu me rassures en me disant que tu as eu aussi des regrets de ne pas avoir acheté des choses. Je trouvais que c'était n'importe quoi....

J'ai réécouté la Ballade d'Abdallah Geronimo Cohen en version unplugged. Je trouve que l'orchestration, surtout au début, a vraiment des sonorités du Canon de Pachelbel. Je ne sais pas si je vois des liens où il n'y en a pas ou s'il y en a vraiment !

Écrit par : Nadja | 18/10/2022

Nadia, je viens d'écouter le Canon et je suis d'accord avec toi. Je ne saurais pas dire exactement en quoi consiste la ressemblance, mais je l'entends !

Écrit par : Katell | 19/10/2022

Ah Katell ça me fait plaisir ! :)
Il doit y avoir une similitude de rythme et autour de 4 / 8 notes mais c'est difficile à décrire. Un musicologue saurait mieux !

Écrit par : Nadja | 21/10/2022

Nadia : oui. Je peux soumettre la question à mon collègue de musique, à la rentrée (début novembre).

Écrit par : Katell | 21/10/2022

Ce serait sûrement très éclairant !

Écrit par : Nadja | 25/10/2022

@ ... :

https://thiefaine.com/livre-dor/

Mes respects à toutes & tous :-)

, ...

Écrit par : le Doc. | 03/11/2022

Écrire un commentaire