Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2017

"Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais" ...

"Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais", Oscar WILDE.

Il y a dans la vie des amertumes qui surnagent au long des années. Certains des actes que nous accomplissons ne sont destinés qu'à réparer ces cruautés qu'on nous a infligées ou, pire, que l'on s'est infligées à soi-même. En 1998, alors que j'avais déjà commis toutes sortes de folies pour l'ami HFT, j'avais renoncé à me rendre à Bercy alors qu'y aller était de l'ordre du possible. J'avais un copain qui me proposait de faire l'aller-retour en voiture avec lui et me promettait de me ramener intacte chez moi dans la nuit. Une espèce de vieux relent raisonnable était soudain venu jouer les trouble-fêtes dans mon esprit : je bossais le samedi matin, il était donc impensable d'assister à ce concert qui avait lieu un vendredi soir à Paris. Quelques jours plus tard, j'avais pris la mesure de ma stupidité et avalé jusqu'à la lie l'erreur qui avait été la mienne : le copain qui m'avait proposé de m'emmener était revenu sain et sauf et, surtout, heureux. De ce bonheur qui se raconte d'autant plus difficilement qu'il a été comme une sorte de paroxysme qui vient tout ébranler. C'est le genre de chose qui se vit intensément et vous imprime sur le visage un mystère auquel les autres n'ont pas réellement accès. Ce bonheur-là, je m'en étais privée. Par masochisme, peut-être, qui sait ? Par excès de zèle, plutôt. Je ne m'en suis jamais remise, véridique ! Sur mon lit de mort, peut-être bien que le seul regret qui viendra encore chatouiller douloureusement ma conscience à l'heure du grand départ sera celui-là : ne pas avoir vu, ne pas avoir entendu, ne pas avoir vécu HFT à Bercy en 1998 !

Je prends tous ces détours un peu foireux pour vous annoncer, un petit sourire béat aux lèvres, que cette fois, vingt ans plus tard, forte de mon expérience et de la très grande faute qui m'érafla en 98, je refuse de remettre ça ! Je viens donc d'acheter mon billet pour ce qui ne s'appelle plus Bercy (les temps changent), mais Accorhôtels Arena. Une appellation un peu barbare, tellement même que pour l'humaniser un peu, je viens, sans y penser, de coller un « Umlaut » sur le « o » d'hôtel ! Habitude de germaniste, sans doute, mais pas seulement : désir de mettre un peu de familiarité dans quelque chose qui sonne étrangement à mes oreilles et dans une graphie qui scandalise mes yeux. Mais ne faisons pas la fine bouche : qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse, n'est-ce pas ?

Je verrai donc Thiéfaine deux soirs de suite en novembre 2018 : le jeudi 8 à Metz et le vendredi 9 à Paris. Je ne sais pas si cela est sagesse ou déraison, mais j'ai une certitude absolue : cela est bonheur !

Commentaires

Ouf!! L expérience parle, j'étais sur le cul quand tu as dis que tu ne pouvais pas le faire..
Meme si tu regretteras tjrs le bercy 98.. Tu pourras te dire j'y étais cette foix ci..
On ne vis qu'une foix...

Écrit par : lefan | 27/12/2017

extrait " , peut-être bien que le seul regret qui viendra encore chatouiller douloureusement ma conscience à l'heure du grand départ sera celui-là : ne pas avoir vu, ne pas avoir entendu, ne pas avoir vécu HFT à Bercy en 1998 ! "

Sagesse et déraison siège en un même lieu, en ce qui concerne le bonheur si c'est celui du - silence des sens - il habite au r.d.c :-)

n.b : les folies sont de l'ordre du commun mais la folie est d'une autre solitude, j'ai la frite et ' vous ' qu'avez-vous à m'offrir !...

Écrit par : Le Doc. | 28/12/2017

« L'Art pour l'art » est un slogan apparu au début du XIXe siècle. Il énonce que la valeur intrinsèque de l'art est dépourvue de toute fonction didactique, morale ou utile. "

.../...

Écrit par : Le Doc. | 29/12/2017

Pareil pour moi. Impossible de louper Bercy. J'y étais en 98 ,j'étais parisien. Mon meilleur souvenir d'HFT sur toutes ces années . Maintenant, je suis devenu sudiste mais je remonterai à la capitale revoir l'artiste.

Écrit par : reneforce4 | 29/12/2017

Je suis terrorisée.

Écrit par : @ | 29/12/2017

Salut Katell

T'as raison : il faut céder à ses envies. L'inverse engendrant frustations et remords. Du moins, c'est mon avis.

Comme beaucoup, je regrette de n'avoir pas "fait" Bercy 98. J'imagine que je devais être branché sur quelques fréquences lysergiques. Période tendance merdique...

Bon, je regrette aussi de n'avoir pas été à l'Olympia en 83... Mais là, à 10 ans, je crois que mon petit cerveau aurait fondu...trop tôt...

Perso, j'ai hâte d'y être à ce concert. L'impression d'aller à un anniversaire.

J'ai une date à atteindre, une balise... En attendant, je me gave d'archives sur le site de Narcisse ( Exil sur planète fantôme), ça aide...

Salutations numériques !

Écrit par : Seb | 30/12/2017

On a tous des regrets, le mien est de n'avoir pas assisté au festival Chansons d'Hiver le samedi 12/12/2009 à La Commanderie à Dole. Yves Jamait avait un invité surprise, venu en ami et en voisin... Mille regrets! Je serai le 9 novembre 2018 à Paris.

Écrit par : isabelle | 30/12/2017

Le meilleur moyen pour agir sans regrets : " Quoi que tu puisses faire, quoi que tu puisses rêver, commence MAINTENANT! (citation de Goethe)."

Écrit par : Le Doc. | 31/12/2017

Il reste 545 places assises..sur 10 000 , 15 000?

Écrit par : lefan | 31/12/2017

Je pense que Bercy, c'est environ 18 000 places.

Salutations numériques

Écrit par : Seb | 31/12/2017

J'y vais le 9 Avec mon meilleur ami! On devrait se croiser... ;)

Écrit par : DemainLesKids | 16/01/2018

@DLK : Formidable ! J'espère que nous nous verrons ! Enfin, si tu le souhaites, bien sûr !

Écrit par : Katell | 18/01/2018

Bien sûr!

Écrit par : DemainLesKids | 27/01/2018

Écrire un commentaire