Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2018

Il n'y a pas qu'HFT dans la vie...

"Mais il ne reste jamais rien de ce qui est vécu

Quelques grains oxydés sur de la paraffine

et des souvenirs idiots mais qui donnent un peu de lumière

les jours de pluie". Charlélie COUTURE

 

Il n'y a pas qu'HFT dans la vie (quoique, quand on lit ce blog, on se demande !). Bien sûr, à mes yeux, Hubert demeure celui à nul autre pareil, que nul ne saurait égaler. Mais tout de même. J'ai le cœur et les oreilles assez larges, me semble-t-il (j'espère, en tout cas), pour pouvoir y faire entrer d'autres admirations. Là, par exemple, je suis en ébullition parce que la Grande Sophie est en train de nous concocter un nouvel album ! Ébullition aussi à espérer le prochain Miossec, qui sera dans les bacs à partir du 28 septembre. Je n'oublie pas non plus combien, il n'y a pas si longtemps, chaque nouvel Higelin à paraître me faisait frissonner d'avance. Salut à toi, l'ami...

Durant ces vacances d'été, j'ai fait une cure sans Hubert. Oui, cela m'arrive. Il me paraît bon de m'enivrer parfois à d'autres flacons. Pour plusieurs raisons : tâcher, autant que faire se peut, de me tenir ouverte à d'autres choses qui se présentent, et aussi, réellement, me désintoxiquer un bon coup … afin de mieux replonger ensuite ! C'est un peu comme s'il en allait d'HFT comme de la drogue (toutes proportions gardées, bien sûr : HFT, c'est mieux !) ! Bref, en cet été 2018, j'ai réécouté avec grand plaisir Stephan Eicher et Charlélie Couture, entre autres. Couture, c'est un artiste que je suis depuis les années collège, c'est dire si cela remonte ! Voilà quelqu'un qui a lui aussi un univers bien à lui. Pas carré du tout, un tantinet étrange, largement porté par les étoiles, comme j'aime. On croise là des types loufoques, qui racontent du pipeau sur leur passé bancal, un autre qui se dit ancien légionnaire (« alors on l'appelle comme ça, on dit tiens v'là l'légionnaire ») des mannequins mélancoliques, une certaine Angélique qui, quand elle enlève ses bigoudis, ressemble à une brebis. Et tant d'autres êtres encore, des griffés par la vie, des lumineux, des fiers, des doux, des plus sévères. Les chansons de Charlélie Couture peuvent être énigmatiques, elles ne délivrent pas toutes un message, elles sont là parfois uniquement pour la beauté du geste. Et quel geste ! Et quelle beauté !

L'année dernière, Charlélie Couture est venu chanter à Nancy dans le cadre de l'admirable festival NJP (Nancy Jazz Pulsations) qui a lieu chaque automne. C'est un des temps forts de la rentrée. Après le Livre sur la Place, juste le temps de se recoiffer un coup, et hop, on repart pour d'autres émotions qui nous décoifferont tout autant ! J'adore la ville de Nancy, elle est inventive, surprenante, jamais éteinte. On croit qu'on va pouvoir se reposer, et elle nous pond un nouveau truc, un nouveau festival, une nouvelle conférence, une nouvelle expo. On n'en dormirait plus. Bref... Donc, toute cette logorrhée pour avouer ma grande faute : Charlélie au NJP, eh bien je l'ai loupé. Comme Hubert à Bercy, en 1998, que c'est toujours pas digéré, d'ailleurs, soit dit en passant. Et avoir manqué Charlélie, pareil, ça va avoir du mal à passer. Il faut dire aussi que cela tombait mal, en pleine semaine, je crois, boulot le lendemain, 45 minutes de voiture à faire maintenant que j'ai quitté Nancy pour quelque chose de nettement plus endormi... Ayant beaucoup écouté Couture cette semaine, j'ai flâné sur Youtube pour voir un peu ce qu'on pouvait y trouver à son sujet. Eh bien des tas de choses intéressantes, dont l'intégrale du concert au NJP 2017 ! Je viens de regarder cela, et j'en suis encore essoufflée. Il arrive sur scène, démarche tranquille de qui ne ferait que passer. Et là, attention à ceux qui ont cru qu'il n'allait faire que passer : il t'empoigne sa guitare avec une de ces énergies, il est dedans tout de suite. Dans son morceau, dans son concert, dans le don qu'il s'apprête à faire. Le spectacle s'inscrit dans le cadre de la tournée qui a suivi la sortie de l'excellent album Lafayette. Il fait là-dessus une musique à décorner les bœufs, on est en plein bayou, et c'est loin d'être commun. À ma connaissance, jusqu'à présent, il n'y avait qu'Hubert pour nous faire ça, cet effet bœuf qu'on a décorné en plein bayou, je veux dire ! En d'autres termes, et plus simplement : parler du bayou, qui donc l'avait fait avant Hub ?! Couture le fait donc aussi, à sa manière, celle-là qui lui est propre. Je reviens au concert du NJP : on dirait de la désinvolture et en fait, non, Charlélie est à fond dans son truc. Il n'est pas du genre à se payer de mots. Entre deux chansons, il n'en dit pas plus qu'il n'en faut. Tout ce que l'on constate, c'est que dans cette absence de temps morts, cela joue grave, le rythme est soutenu du début jusqu'à la fin. On entend avec plaisir des morceaux du dernier album en date, que l'on avait aimé, absolument, de bout en bout, et d'autres, venus de lointaines brumes, d'une époque où l'on était jeune et peu enclin à la mélancolie, tout simplement parce qu'on ne savait même pas ce que c'était, ni que ça existait. Charlélie nous chante, l'air de ne pas y toucher, Comme un avion sans ailes, chanson à laquelle il fait l'écrin d'une belle introduction. Il nous dit qu'il faut « garder le feu de l'enthousiasme qui donne à y croire, même quand le ciel est couvert », et l'on penserait presque à Higelin, lui qui, si souvent, nous insuffla le courage qui nous manquait. Après avoir chanté ce qui fut son tube, Couture nous dit qu'il n'est pas de ceux qui se laissent envahir par la nostalgie. Il regarde devant. Plus précisément vers aujourd'hui. Et l'on penserait presque à Higelin encore, c'est une manie, mais c'est comme ça : si souvent, il nous a enjoint de cueillir l'instant présent sans le froisser si possible.

Charlélie revient ensuite à des chansons plus récentes, parce qu'hier est déjà trop loin pour qu'on s'y attarde. Mais quand même : pour le rappel, il offre au public deux morceaux très anciens quoique n'ayant pris ni ride, ni bidoche mal assumée : Le loup dans la bergerie et l'inégalable Ballade du mois d'août 1975. Celle-là même qui lui avait filé un fou rire lors d'un enregistrement live, il y a plus de vingt ans (déjà, purée, déjà). Celle-là même qu'il présentait, toujours durant ce live, en parlant d'une région qui lui était familière, où « tout l'été n'est fait que pour préparer l'hiver ». Et je songe à chaque fois qu'il ne peut être question ici que de la Lorraine, d'où je viens, moi aussi, et où en effet juillet et août sont des mois de conserves et d'alambic qui n'ont pas tellement d'autre but que de parer aux grands froids à venir...

Charlélie salue le public. Il se tourne vers ses musiciens, puis porte la main à son cœur. On sait alors qu'il est sincère. Le petit air qu'on lui connaît et qu'on aime tant, cet air mi-taquin, mi-désinvolte, disparaît, et je me dis : « Flûte, j'aurais bien aimé y être, à ce concert ». Ras-le-bol des ajournements, ça commence à bien faire tous ces rendez-vous manqués (Higelin en parlait très bien aussi dans son livre Je vis pas ma vie je la rêve). Le prochain, de rendez-vous, je ne le manquerai pas. Et même : j'y sauterai à pieds joints, et vive le bayou !

Commentaires

Katell's back !! :-)

J'ai bien aimé ton précédent post au sujet des parallèles et univers concordants. Trop bien écrit pour que j'y réponde. J'ai le cerveau qui gratte...

J'ai inscrit Blanchard sur ma "To Read List" !

Oui, Charlélie, je le vois comme le père peinard de mon Panthéon musical. A la cool...
Une diction (accent ?) qui en rebute certain. Un façon de m(l)acher ses mots...

Pour moi, l'album ultime est "Fort Rêveur"... Balades dans les rues de New York. C'est lui d'ailleurs qui a fait que je suis parti visiter cette ville, cet été...
J'avais prévu de pousser jusqu'à sa galerie mais il était en concert en France... Raté... Pas facile à capter le bougre...Jamais vu en live.

Pour moi aussi d'ailleurs, Hubert était en retrait cet été. Trop chaud, trop d'soleil. Hubert, c'est plutôt la nuit, la pluie sur le trottoir... Mon cocon.
Enfin, sous 20°C, j'y retourne :-) Et puis, il est toujours dans un coin de ma tête.

Pour tout dire, en ce moment, c'est Tom Waits, jamais vu non plus...Argghh...

Allez, des bises !

Salutations numériques :-)

Écrit par : Seb | 28/08/2018

NJP et Thiefaine... un des rares concerts qu'hubert a annulé..

Écrit par : lefan | 28/08/2018

@lefan : Oui, en écrivant ce billet, j'ai pensé au rendez-vous manqué d'HFT avec le NJP... J'aurais adoré voir Hubert et Paul Personne ensemble à Nancy, mais bon, "ça ne s'est pas trouvé", comme disait Romain Gary quand il se retournait sur certaines phases contrariantes de son passé...
@Seb : De retour, oui, et plus motivée que jamais ! Avec tous les événements qui s'annoncent, il va y avoir de quoi faire un peu flamber ce blog ! J'espère que la rentrée n'anéantira pas toutes mes belles résolutions. Charlélie, oui, je sais, on m'a déjà dit que sa diction pouvait être gênante. C'est marrant, cela ne me pose aucun problème, alors que celle de Damien Saez m'a toujours tenue loin de son univers, qui me restera impénétrable, je pense. Pour en revenir à Charlélie : la ville de Nancy (encore elle !) lui a offert la possibilité de réaliser une très belle exposition à la galerie Poirel, il y a quelques années. Splendide. J'en ai encore des étoiles plein les yeux ! Plutôt d'accord avec toi quand tu évoques l'ambiance qui va si bien aux chansons d'Hubert : une petite brume automnale, de la pluie, ou "l'ivresse glacée d'un ciel de neige", un feu dans la cheminée, et c'est parti pour le décollage !
Si je t'ai donné envie de lire Blanchard, alors mon précédent billet a eu son utilité ! Crois-moi, à moins d'une embardée imprévue, tu ne seras pas déçu !

Écrit par : Katell | 28/08/2018

Encore une chose, Seb : figure-toi que je n'ai pas l'album "Fort rêveur". Hier, en faisant les "comptes" des CD de Charlélie que j'ai chez moi, j'ai trouvé que c'était bien maigrelet. J'ai eu certains albums en cassettes, il y a très longtemps, et n'ai pas forcément pris le soin de les acheter en CD ensuite. Donc, encore quelques oublis à rafistoler. "Fort rêveur" sera l'un des premiers raccommodages ! Merci pour le conseil.

Écrit par : Katell | 28/08/2018

Salut Katell

J'espère que tu trouveras Fort Rêveur (peut-être sur les sites marchands). Apparemment, il a rencontré peu de succès et n'ai plus édité (comme quoi, reconnaissance et qualité ne sont pas toujours liées. En tant que fans d'HFT, on sait de quoi on parle :-).

J'en profite pour revenir sur "le père peinard": Je pense, en fait, que Charlélie a acquis une sérénité, au fil du temps (et ça lui va bien). Parce que certains textes des années 80 étaient plus sombres (Quoi faire, Local rock, Tchao Pantin).

Salutations numériques

Écrit par : Seb | 28/08/2018

Merci pour l'info, Seb. Je vais me renseigner pour l'album. Il est vrai que qualité et reconnaissance ne sont pas toujours liées, Blanchard (encore lui !) en fut un bon exemple...

Écrit par : Katell | 28/08/2018

Bonjour le Cabaret,

Dans le meme billet relever les noms de Charlelie Couture,Damien Saez et bien sur HFT,je ne pouvais pas ne pas intervenir.
Surtout que Charlelie c'est le dernier concert (d'un artiste français )ou je me suis rendu, ca se passait au Radiant de Caluire ,bondé de majoritaires quinquagénaires.
Il venait présenter son dernier album absolument jubilatoire sur le Bayou et semblait heureux d'etre là, affable d'anecdotes et de recul légérement amer sur une carrière (la sienne) qui aurait mérité plus de lumières.
Ma relation à lui est particuliére car il a été l'initiateur de mes premiers voyages en solitaire en Australie où je souhaitais retrouver le ressenti de ses 2 albums écrits là-bas "Melbourne Aussie" et "Victoria Spirit".
Il a toujours su émailler ses disques d'un vent de Liberté balayant et sublimant le quotidien.Et puis un de ces points forts réside aussi ,à mon avis, dans son sens de l'observation et cette sagesse infiniment bienveillante et humaniste qui irise ça et là quelques-unes de ses chansons les plus pertinentes ("Jacky","Qui a tué Benji","Les Champions","Le grand bureau tout en haut"....).
Et puis à la fin de son spectacle du Radiant il a donné rendez-vous à la buvette de l'entrée pour des dédicaces en toute simplicité, signe d'un artiste à l'humilité profondément attachante.
En tout cas j'aime me replonger dans son univers, et qu'importe ses derniers albums plus (Lafayette) ou moins (I'm Mortel) réussis je retrouve aussi l'age que j'avais quand il m'aidait à vivre alors que je me bercais d'illusions à chercher des routes qui n'existaient pas...
Bon sinon dommage pour Damien Saez,sa diction est effectivement souvent un sujet rédhibitoire à son égard, mais je crois bien qu'il assume complétement le fait qu'il en surjoue quelquefois...
Quant à Hubert j'attends désespérement une surprise de taille style édition du CD/DVD de la tournée en solitaire avant de le retrouver en novembre à Lyon , mais je suis tombé derniérement sur une phrase d'un auteur que notre ami affectionne particuliérement et qui douche un peu mon attente:
"Le désir ne tient jamais ses promesses" Schopenhauer.
Bonne rentrée à tous
Bien à vous,
Fabrice

Écrit par : fabrice | 28/08/2018

@Fabrice : merci beaucoup pour ce commentaire si beau et intéressant ! Concernant Charlélie, il me manque beaucoup d'albums, et je me sens rajeunir, c'est comme quand j'avais 19 ans et que je pouvais découvrir l'œuvre d'HFT petit à petit ! Je vais faire la même chose avec Couture, n'ayant pas les moyens de me payer tout d'un seul coup !
Pour ce qui est des surprises à venir ou non, difficile de savoir... Mieux vaut peut-être ne pas attendre quoi que ce soit ! Ainsi, on ne s'expose à aucune déception ! Et, si jamais il y a une bonne surprise, on s'expose à la jubilation absolue, cela me paraît pas mal !
Bonne rentrée et bon concert à Lyon ! Pour moi, ce sera Metz le 8 novembre et Paris le lendemain. Je crois que je suis barge !!

Écrit par : Katell | 28/08/2018

Bonjour divin Cabaret!
Charlelie fait évidemment partie de notre patrimoine culturel. Deja, il n a pas d age. J ai l impression qu il a toujours été présent à mes cotes et qu il sera toujours avec moi.
Je suis tout particulièrement sensible à la douceur de sa voix qui semble nous enrober dans une couverture de délicatesse bienveillante. Sa voix me touche vraiment,
Sinon hft revient bientôt, et ca c est bon!
Je vous souhaite à toutes et à tous une delicieuse journée même si à la fin de l ete on se sent souvent comme un avion sans aile,
A.

Écrit par : Toine | 29/08/2018

Bonjour Katell,
J'ai lu avec beaucoup de plaisir ton billet sur CharlElie. Il forme avec HFT (que je vais voir bientôt à Nantes) et Bashung le triangle de mes Bermudes musicales.
Collégien , ma première cassette audio fut "Solo Boy". Je découvrais un univers singulier et attachant. Les albums de CharlElie sont comme un bon hachis parmentier, ils sont encore meilleur réchauffés! Ils ne se donnent pas toujours immédiatement. Je l'ai toujours suivi. Je n'ai pas écouté tous ces albums mais j'ai acheté les derniers depuis "Double vue" avec les magnifiques "Imbéciles heureux" et "Estelle a disparu". Ils m'ont tous séduit. Je l'ai vue 4 fois en concert, la dernière fois à Nantes où il nous présentait l'excellent "Lafayette". Je ne peux que me joindre aux autres intervenants pour déplorer qu'un artiste de cette qualité n'ait droit qu'à une si minuscule fenêtre médiatique.
En concert, on sent l'expérience au service d'une sensibilité intacte, l'envie de partager, les battements d'un rock jubilatoire et incisif conjugués à une poésie suspendue, frissonnante.
C'est un artiste aux multiples formes et talents. Je t'invite à te promener sur son site.
Un regret : il y a 3 ans ( je crois), j'avais des billets pour aller le voir à l'Olympia. Cela aurait été une première pour moi dans cette salle mythique mais le concert a été annulé au dernier moment par la production.
J'ai échangé plusieurs mails avec lui. C'est un homme profond, drôle, libre, exigeant. Un exemple.
Merci de l'avoir fait briller dans ton ciel couleur de pomme.
Stéphane

Écrit par : Stéphane | 29/08/2018

Extrait " Sinon hft revient bientôt, et ca c est bon! "

, besoin d'un thymorégulateur Antoine ;-)

Je n'ai jamais mis les doigts sur la couture et pourtant j'ai été engagé involontaire durant 7 ans.

Écrit par : le Doc. | 29/08/2018

Salut docky crazy
A.

Écrit par : Toinr | 29/08/2018

@ Toinr ou A, par moi dit La Globulle :

, hier le cheval un peu moins grazy pour son cavalier a accordé à ce dernier le luxe de 6€99 et ceci pour un retraité macronisé.

Moi ( enfin lui .. ) qui suis déjà au parfum si j'en ajoute une autre couche je serai gratifié de - 25 % sur le rayon de celles et ceux qui dissimulent le réel.

Écrit par : le Doc. | 01/09/2018

de quoi tu parles?
A.

Écrit par : toine | 01/09/2018

@ toine :

, tu me demandes de quoi je parle ?

Je te réponds tout de go !

… De mon achat, ou du dernier album de C.C dont l'écriture effectivement est d'une grande facilité et de fait lisible sans décodeur, et de mon bon de réduction pour un achat au rayon parfumerie.

… Achat réalisé dans un Espace Culturel Leclerc, je reviens :

Écrit par : le Doc. | 01/09/2018

@ toine et consœur :

... Pour comprendre l'autre et se comprendre, Hubert dit par exemple - vous est un autre je - , cela est surtout un exercice de style car depuis son burn-out ou dit de façon moins sophistiqué son syndrome d'épuisement, Hubert dis-je a eu un - comportement ' maltraitant ' - envers son public historique sur lequel il a bâti son œuvre. Les dingues et les paumés soit tout le monde, inclus et surtout les littéraires [ ;-) ]. Je pourrais expliquer les pourquoi !...

… Chacun est l'histoire de : sa génétique, de l'épigénétique, de sa capacité mimétique, de son conditionnement ou éducation et du déroulé de sa vie.

- Ma 1ère réponse : de visu (resto avec toi à Paris) et il me semble que tu l'as écrit sur ce blog tu m'as expliqué " le pourquoi " de la distance que tu avais prise avec HFT, or en apparence tu y reviens. Tu n'es pas le seul. Il y a un dicton qui, me semble-t-il dit : ' à défaut de grives on mange des merles. '. Effectivement Charlélie Couture est très loin d'HFT. Le reste de cette réponse est humoristique et technique en psyché.

- Ma 2ème réponse : pour comprendre il faut avoir lu à minima Paul McLean, Henri Laborit ( entre autres.. ) et plus récemment ' Le cerveau magicien ' que je ne recommande pas toutefois, ou un livre s'inspirant de Paul McLean.

- Ma 3ème réponse : c'est une synthèse des 2 premières réponses car au final le dernier album de Charlélie Couture est sans trop de relief pour les textes, sauf au niveau musical, les reliefs en écriture de toute vie simple.

, I M MORTEl ou I'm mortel est une évidence lorsque l'on se rapproche de celle-ci en âge et sur un plan statistique !...

… L'horizon se rapproche, HFT 70, C.C 62, moi 69, car comme tu le sais " la terre est ronde " :-)

Jean-Pierre Zéni dit le Doc. pas si grazy que ça, hélas.

p.s : je ne me relis pas plus, S'cuses pour les fautes, un C.E.P pour tout bagage en écriture .


















Écrit par : le Doc. | 02/09/2018

https://www.librairiedialogues.fr/livre/14670587-chere-mademoiselle-roman-antoine-godbille-editions-edilivre#infos-google

@ Antoine :

, nous nous sommes rencontrés, je t'ai écouté et j'ai lu les quelques pages de ton livre que j'ai failli acheter.

J'y résiste toutefois, car même si comprendre l'autre est mon exercice quotidien, il y a une part de mon pathos qui frappe trop fort aujourd'hui à la fin de l'automne de ma vie pour me risquer à te lire.

Les abeilles sont en danger et j'en côtoie une que je me dois de préserver.

Signé : le grazy dans son salon.

Écrit par : le Doc. | 07/09/2018

Explications :

1/ une abeille est un insecte

2/ une abeille est un remorqueur ( voir lien ci-dessus ) : mon remorqueur était l'implacable ayant pour matricule A670 ( de 1968 à 1971 )

3/ je surnomme ma fille mon abeille

, …

Écrit par : le Doc. | 09/09/2018

http://www.thiefaine.com/livre-dor/

Écrit par : le Doc. | 09/09/2018

http://www.thiefaine.com/livre-dor/

Écrit par : le Doc. | 13/09/2018

,@ katell :

, il n'a pas qu'HFT dans la vie est le titre de ce billet.

… D'évidence c'est certain, et fort heureusement d'ailleurs, car alors que serions-nous alors devenus après notre rencontre* ?...

* ..

… Je me suis exprimé de vive voix et violemment le 8 ou 9 juin 2015 à la Maison de la poésie à Paris sur ce sujet, cela à minima en qui me concerne.

http://www.thiefaine.com/livre-dor/

… J'ai cité FREUD dans sa notion du religieux et sa perception des religions dans son œuvre en citant 2 mots : ' religare ' & ' religere ' . Je suis en accord avec lui mais pas versus littéraire ou le délire des littéraires, le papier ne refuse pas l'encre me disait souvent une infermière en psychiatrie (ISP) lorsque j'habitais alors ce lieu. FREUD est mort en 1939 et, malgré les résistant(e)s de feu la psychanalyse, la connaissance du cerveau et de sa construction a largement progressé (euphémisme), hélas avec les dérives de fait des " croyants " des neurosciences. La science est une croyance.

1/ religare ou relier : nous sommes toutes et tous reliés au-delà d'HFT mais avec Hubert ..

2/ religere ou relire : - vous est un autre je - reprend HFT , et bien chacune ou chacun permet notre propre relecture dans la lecture de l'autre ..

… Je vous ai rencontrés, écoutés, lus et bien plus pour certaines ou certains !...

Jean-Pierre Zéni

Écrit par : le Doc. | 13/09/2018

J'ai utilisé ci-dessus le mot rencontre et je me suis hasardé à en chercher l'étymologie : HORREUR !...

-----

« rencontre », définition dans le dictionnaire Littré :


rencontre

Définition dans d'autres dictionnaires :
•TLFi
•Académie Française

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF) •Page complète du fac-simile


rencontre

(ran-kon-tr') s. f.
1Action d'aller vers quelqu'un qui vient.
Aller au-devant est une phrase beaucoup meilleure que celle d'aller à la rencontre, qui a pourtant quelque usage, surtout quand on l'emploie sans pronom personnel, comme : ils sont allés à la rencontre de leur ami, Acad. Observ. sur Vaugel. p. 244, dans POUGENS.

Cependant aucun d'eux à vos yeux ne se montre, Qu'on ne vous voie en hâte aller à sa rencontre, Molière, Mis. II, 5.

Ils sont allés à la rencontre de cette princesse, tant que la terre les pourra porter, Sévigné, 405.

Croyez-moi, montrez-vous ; venez à sa rencontre, Racine, Mithr, II, 1.

• Poétiquement.
Les fleurs naissent, à sa rencontre, Dans les cœurs et dans les esprits, Malherbe, III, 1.

2Occasion qui fait trouver fortuitement une personne, une chose.
Après tous les soins que nous aurons apportés à en faire une bonne élection [d'une femme], nous y pourrons aussitôt faire hasard que rencontre, Malherbe, Lett. II, 29.

Je ne pouvais avoir rencontre plus heureuse, Corneille, le Ment. V, 1.

Tu fis pour ton malheur ma rencontre en Phocide, Corneille, Œdipe, IV, 4.

Tout se fait par rencontre et à l'aventure, Sacy, Bible, Ecclésiaste, IX, 11.

On est venu lui dire… Que les ouvriers qui sont après son édifice… Avaient fait par hasard rencontre d'un trésor, Molière, l'Ét. II, 1.

Ah ! si vous aviez vu comme j'en fis rencontre ! Molière, Tart. I, 6.

Vous êtes bien heureuse d'avoir fait une si bonne rencontre [un bon précepteur] ; c'est une marchandise qu'on ne trouve pas aisément, Sévigné, à Mme de Coligny, 31 oct. 1692.

Je découvre sur la terre un homme avide, insatiable, inexorable, qui veut aux dépens de tout ce qui se trouvera sur son chemin et à sa rencontre… pourvoir à lui seul, grossir sa fortune, et regorger de biens, La Bruyère, VI.

Il y a un tragique d'incidents, comme il y a un comique de rencontres, Marmontel, Œuv. t. V, p. 72.

Sa rencontre [d'un homme chagrin] est un choc, sa visite un danger ; On l'évite avec soin, on l'aborde avec crainte, Delille, Convers. II.

Va-t'en donc ! nous aurons des rencontres meilleures, Hugo, Hernani, II, 3.

• Fig.
Votre critique de la princesse de Clèves est admirable ; je m'y reconnais… l'amour-propre est content de ces heureuses rencontres, Sévigné, à Bussy, 27 juill. 1678.

• Faire une mauvaise rencontre, trouver sur son chemin des malfaiteurs. Dans ces lieux écartés on peut faire une mauvaise rencontre.

• Marchandise de rencontre, ce qu'on achète d'occasion, par hasard.
Il faut que je lui montre Deux pendants de brillants que j'ai là de rencontre ; J'en ferai bon marché…, Regnard, le Joueur, V, 6.

Ah ! le beau carrosse ! je crois que c'est un fiacre de rencontre qu'il a acheté à Paris, Destouches, Fausse Agnès, I, 6.

• J'ai eu cela de rencontre, c'est une rencontre, se dit d'une chose achetée d'occasion et bon marché.

• À la rencontre, quand on se rencontre.
M. de Cambrai n'a pas raison de tant mépriser les entretiens très fréquents qu'on avait avec lui, à la rencontre, comme peu propres à nous mettre au fait [du quiétisme], Bossuet, Rem. sur la réponse, VII, V, 32.

3Combat imprévu de deux corps ennemis qui se rencontrent.
Tout se passa en rencontres de partis et en petits combats de cavalerie qui ne décidèrent de rien, Retz, Mém. t. III, liv. IV, p. 353, dans POUGENS.

Dans une de ces rencontres, un parti de l'armée africaine enlève la belle Florinde, Grimm, Corresp. t. I, p. 326.

• Il se dit aussi pour toute espèce d'engagement, prévu ou imprévu.
Ceux qui combattaient auprès du prince nous ont dit souvent que, si l'on avait quelque grande affaire avec ce prince, on eût pu choisir de ces moments où tout était en feu autour de lui… tant son âme leur paraissait éclairée comme d'en haut en ces terribles rencontres ! Bossuet, Louis de Bourbon.

4Combat singulier non prémédité.
On recommence à murmurer je ne sais quoi de Théobon, comme si, les duels étant défendus, les rencontres étaient permises, Sévigné, 300.

Et cette mort ainsi d'une rencontre armée Peu sembler seulement la suite accoutumée, P. Lebrun, le Cid d'And. III, 2.

• Il se dit aujourd'hui pour duel, combat prémédité. Il y a eu une rencontre entre M. X. et M. Y.

5Concours, conjonction ou opposition des corps. La rencontre des atomes, des planètes, des astres.
6 Terme de grammaire et de versification. Rencontre des voyelles, choc de deux voyelles qui ne s'élident pas, hiatus. Éviter la rencontre des voyelles.
7 Terme de jeux. Mariage de rencontre, levée composée d'un roi et d'une dame de la même couleur. Impériale de rencontre, celle que l'on fait avec la retourne, lorsqu'on a les trois autres cartes nécessaires dans son jeu.
8 Terme d'horloger. Roue de rencontre, roue dont les dents engrènent sur le pivot qui fait mouvoir le balancier.
9Se dit de l'endroit où, à deux ou trois pouces près, deux traits de scie se rencontrent et où une pièce de bois se sépare. On l'appelle aussi trait de scie.
10 Terme de pêche. Morceau de fer dont on se sert pour couper la longueur de fil convenable pour faire les hameçons.
11Conjoncture.
J'employai le reste de ma jeunesse à fréquenter des gens de diverses humeurs et conditions, à recueillir diverses expériences, à m'éprouver moi-même dans les rencontres que la fortune me proposait, Descartes, Méth. I, 14.

Je ne fais pas difficulté de vous promettre qu'en toutes rencontres je vous donnerai des marques de mon estime et de mon affection, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 255.

Faibles gens, dit le père, il faut que je vous montre Ce que ma force peut en semblable rencontre, La Fontaine, Fabl. IV, 18.

Sganarelle : Je vous demande si je ferai bien d'épouser la fille dont je vous parle. - Marphurius : Selon la rencontre. - Sganarelle : Ferai-je mal ? - Marphurius : Par aventure, Molière, Mar. forcé, 8.

Je veux que l'on soit homme, et qu'en toute rencontre Le fond de notre cœur dans nos discours se montre, Molière, Mis. I, 1.

Vous avez de fâcheuses rencontres à essuyer, Pascal, Prov. X.

[Selon les casuistes] Les riches ne sont obligés de donner qu'en des rencontres si rares qu'elles n'arrivent presque jamais, Pascal, Réfut. de la rép. à la 12e lett.

Ce ne fut que par rencontre… qu'ils [les Scythes] entrèrent dans la Médie, Bossuet, Hist. III, 3.

À ne regarder que les rencontres particulières, la fortune semble seule décider…, Bossuet, ib. III, 2.

Le maître doit à ses domestiques surtout trois choses : l'exemple, l'instruction et, dans les rencontres, une charitable correction, Bourdaloue, Serm. Dim. t. II, p. 16, Soin des domestiques.

Mais venez à la contrarier dans une rencontre, vous la trouverez fière, hautaine, impatiente et aigre, Bourdaloue, 5e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. II, p. 446.

Il fallait opposer à tant d'ennemis un homme capable d'exécuter les ordres qu'il aurait reçus, et de prendre conseil de lui-même dans les rencontres, Fléchier, Turenne.

Que fit Mme d'Aiguillon dans les rencontres pressantes ? ce que commande Jésus-Christ dans son Évangile, Fléchier, Aiguillon.

12Rapprochement de mots plaisants.
Ceux qui trouvent ces belles rencontres n'ont-ils pas lieu de s'en glorifier ? Molière, Critique, 1.

Quelque heureuse rencontre qui par hasard leur tombe sur la langue, Rousseau, Ém. II.

13Il s'est dit anciennement pour manière, apparence extérieure ; c'est un usage du XVIe siècle.
Elle ressemblait à la reine mère, comme je l'ai déjà dit, de la rencontre, de l'air et un peu du tour de visage, Mme de Motteville, t. V, p. 84.

14Rencontre était autrefois masculin aussi bien que féminin.
Nous nous trouvons en ce rencontre, Lui pour Aenéas, et moi contre, Scarron, Virg. VII.

Ces compagnies s'étaient en apparence attachées à M. de Champlâtreux, fils du premier président, parce qu'il était leur colonel ; ce rencontre m'était très fâcheux, Retz, II, 340.

Tout semble en ce rencontre avoir juré ma perte, Th. Corneille, Engag. du hasard, IV, 4.

15 En termes de blason, rencontre est masculin, et se dit de la tête d'un animal qui la présente de front. De sable au rencontre du bélier d'or.


REMARQUE

Marguerite Buffet, Observ. 1668, prétend que rencontre est des deux genres ; que aller à la rencontre de quelqu'un ne se dit plus ; il faut dire aller au-devant ; que faire rencontre d'un tel ne vaut rien, qu'il faut dire je rencontrai un tel. L'usage n'a pas confirmé ces arrêts du purisme du XVIIe siècle, non plus que l'opinion de l'Académie, qui, comme on l'a vu au début de l'article, n'approuvait pas : aller à sa rencontre.


SYNONYME

ALLER à LA RENCONTRE, ALLER AU-DEVANT. On va à la rencontre de quelqu'un, dans l'intention de le joindre plus tôt, ou pour lui épargner une partie du chemin. On va au-devant de quelqu'un, pour lui donner une marque d'empressement.


HISTORIQUE

XVe s.
En ce dur rencontre cheÿ [tomba] en la main du seigneur de Montgombre un moult vaillant chevalier d'Escosse, Froissart, II, III, 123.

Et souvent y avoit des chevauchées, des rencontres et des faits d'armes des uns aux autres, Froissart, I, I, 113.

Les Hainuyers chevaucherent cette matinée qu'ils ne trouverent aucun de rencontre, Froissart, I, I, 134.

XVIe s.
Ces beaulx livres de haulte gresse, legiers au pourchas et hardis à la rencontre, Rabelais, Garg. I, Prologue.

En l'une des rencontres de Germanicus contre les Allemans, Montaigne, I, 62.

Deffendant là dessus son faict, il estoit fameux en bons rencontres, Montaigne, I, 110.

Quand les devins avoient failly de rencontre, Montaigne, I, 248.

Galen [dit] que sans la rencontre des semences la generation ne se peult faire, Montaigne, II, 311.

Les rencontres, brocards et sornettes qu'il faisoit et disoit, Despériers, Contes, XXXII.

Numa estoit, par une divine rencontre, né le mesme jour que la ville de Rome fut fondée, Amyot, Numa, 6.

Un jeune seigneur de 17 à 18 ans, de fort agreable rencontre et de très belle esperance, Carloix, III, 6.

Il avoit 36 chevaux de rencontre [relais], douze qui… aultres douze, qui…, Carloix, ib. 28.

Appellez-vous ces rencontres, batailles ? - Pourquoi non, quand ce sont armées royales qui se chocquent…, D'Aubigné, Faen. IV, 1.

Tous bois, graines… qui ne se peuvent tirer par expression, se distillent par descensoire, ou par rencontre [cucurbites dont le col de l'une entre dans l'autre], au four de reverberation. - Aludel, materas, vaisseau de rencontre, terrines à filtrer, Paré, t. III, p. 638.

ÉTYMOLOGIE

Re…, et encontre ; génev. un rencontre.

-----

, … :

Écrit par : le Doc./Jean-Pierre Zéni | 15/09/2018

, je le savais déjà ( ayant quand même plus de 69 piges au compteur ) que le dialogue était loin d'être suffisant pour se comprendre.

L'un construit " une œuvre ", l'autre " lit ", l'autre " traide ", etc..., et moi je monologue* de & dans l'humain et non du vagin :-)

Écrit par : Jean-Pierre Zéni/le Doc. | 15/09/2018

Écrire un commentaire