Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2021

Fil à retordre !

"Les soirs de juin sont tragiquement beaux, les vivre, c'est déjà les perdre, la beauté n'est beauté que parce qu'elle contient déjà en elle l'expérience de sa perte". Fabienne JACOB

 

Bon, bon, bon, il faut bien l'avouer : Hubert me donne du fil à retordre depuis quelque temps ! Et ce n'est pas La fin du roman qui viendra simplifier les choses et démêler l'imbroglio dans lequel me voilà perdue. Est-ce là un Thiéfaine nouvelle manière qui s'offre à nous, comme l'écrivait Delphine ? Il est évident que l'écriture s'est clarifiée. Pour autant, les paroles de La fin du roman continuent à receler de nombreux mystères pour moi. Je ne vois pas bien où HFT veut en venir. Fin de quel roman ? Fin d'une civilisation, déjà dépeinte dans Page noire ? Fin d'un chapitre ? Fin de quoi, nom de nom ? Mystère et boule de gomme.

En tout cas, si Du soleil dans ma rue, après m'avoir désarçonnée, a fini par gagner mon affection, La fin du roman se voit pour le moment perdante sur toute la ligne. Déjà, je n'en aime guère la musique. Les paroles, ben, je l'ai déjà écrit plus haut, je n'y pige tout bonnement que dalle, éclairez-moi si votre lanterne y voit mieux que la mienne ! Un point positif à mes yeux, cependant, car il ne saurait y avoir d'obscurité absolue : la voix d'Hubert reste inchangée, belle et assurée. Pas un tremblement qui trahirait la moindre faiblesse. Allez, Cath, console-toi, cette voix qui demeure ferme en dépit du temps qui assassine bien des choses, c'est déjà beaucoup !

Console-toi aussi en te rappelant les albums précédents, qui ne remportèrent pas ton adhésion totale, loin s'en faut. On ne peut pas plaire à tout le monde et à son père, disait le mien, de père. On ne peut pas plaire à tous les coups, dirais-je aujourd'hui dans le contexte qui me fait écrire ce billet.

Alors, oui, je suis un peu déçue. Mais j'essaie de me reprendre illico. De quel droit serais-je déçue ? Après tout, Hubert ne me doit rien, ni à moi, ni à quiconque. Pas même la quasi perfection à laquelle il nous a habitués. Après presque trente années d'un compagnonnage fébrile, proche d'une certaine folie, n'est-ce pas moi qui dois quelque chose à Hubert ? Si, il me semble. Je lui dois un peu d'indulgence. Un peu de patience aussi. Jusqu'au 8 octobre, jour où je découvrirai l'album et où peut-être, insérée dans un ensemble sans doute assez cohérent, la chanson que je juge « coupable » aujourd'hui m'apparaîtra comme une pierre logique de l'édifice...

Commentaires

Bonjour Katell,

Pour ma part, j’ai vécu La fin du roman comme une explosion. Cette chanson a immédiatement fait résonner en moi d’autres chansons d’Hubert.

Par exemple « je crois que les gardiens changent de voie » m’a tout de suite fait penser aux "dieux du radar" de Mathématiques souterraines ainsi qu’à "lassé de grimacer sur l’écran des vigiles" d’Annihilation.

"On entend gronder d’anciens volcans" m’a immédiatement renvoyée à "j’révise ma tendresse des volcans" de Pulque mescal y tequila et à "je rêve d’être flambé au-dessus du Vésuve" des Confessions d’un never been.

Dans "changer d’océan" j’ai vu "la fille océane des vagues providentielles" de Syndrome albatros. Et "Dis-moi comment écrire en chantant la fin du roman, heureux dans l’instant" m’a bizarrement fait penser à Toboggan...

Dans "la cruelle odeur des innocents" j’ai senti "l’odeur sucré de la mort" (Libido moriendi) ainsi que "comme cette odeur de mort qui précède les combats" (Syndrome albatros).

"Les jongleurs sans loi" se sont transformés en "noirs funambules du vieux cirque barbare" des Confessions d’un never been.

Quant à "L’air prend la couleur d’un voile sanglant", j’ai tout de suite vu les "étranges trainées rougeâtres au auréoles" du Temps des tachyons.

Bref, je me suis pris une claque à l’écoute de ce nouveau titre et j’en reste encore abasourdie. C'est la première fois qu'une chanson d'Hubert me renvoie de manière aussi flagrante et fulgurante à ces anciens titres.

Écrit par : Bételgeuse | 15/09/2021

Bonjour à tous,
je n'arrive pas du tout mais alors pas du tout à apprécier.
la première écoute fut un choc. il y en aura pas de 2eme tentative pour ma part à part si en live il la chante.
ce sera le premier album que je n'acheterais pas.

Écrit par : renée la taupe | 15/09/2021

… à SES anciens titres. Désolée pour la faute !

Écrit par : Bételgeuse | 15/09/2021

Hello !

Effectivement, le Nouveau Thiéfaine brouille les pistes (tant que ça n’est pas l’écoute…).
Ecriture clarifiée (pour reprendre tes mots, Katell), son moins rock, plus pop.
Plus solaire, aussi (concernant HFT, c’est presque un oxymore).

Je dois dire qu’il y a un son (nappe ?) de clavier, sur « La fin du roman », que j’aurais volontiers cantonné à « Du soleil dans ma rue ». Mais, je ne suis ni l’artiste, ni l’arrangeur.
Juste deux oreilles et un reste de cerveau…

Cerveau qui s’est retrouvé à fredonner (et oui, encore) ces deux titres. Me poussant même à dodeliner (cf. Headbanging, version Oui-Oui) du chef…
Mais, tout comme toi, j’attends d’avoir l’album engagé dans le lecteur, pour m’en faire une idée et le j(a)uger dans son ensemble.
Car, après tout, je pense que le choix de ces mises en avant sont aussi le résultat de brain-storming markettingueux plus intéressé par le son du tiroir caisse (c’est ce que je veux croire. Laissez-moi rêver). Il me semble que la dernière fois, « Angélus » était mise en avant (très bien, au demeurant) mais pas « En remontant le fleuve ».
Hubert sera au rendez-vous !
Renée, es-tu certaine de faire l’impasse sur cet album ? « Page noire » t’a-t-elle laissé de marbre ?

Bref, j’attends.
J’attends l’album.
J’attends la tournée Unplugged (quid des morceaux ? Déclinaison de l’album ?)
J’attends aussi le livre de Sébastien Bataille.
Et…j’attends aussi… le livre de Jean-Christophe Loison (Entre balises et mutations), dont j’ai appris l’existence, ce matin !!

Mais, il est vrai qu’on n’est dur qu’avec ceux qu’on aime…

Salutations numériques !!

Écrit par : Seb | 16/09/2021

Encore un livre à venir ? Génial !
Merci Seb pour l’info.

Écrit par : Bételgeuse | 16/09/2021

Tu dis : ' En tout cas, si Du soleil dans ma rue, après m'avoir désarçonnée, a fini par gagner mon affection '

Jeudi ou de l'accoutumance à l'acceptation :-)

, ...

Écrit par : le Doc. & Jean-Pierre Zéni | 16/09/2021

- ÊTRE OU NE PAS ÊTRE À L’ARTICLE DE LA MORT -

https://thiefaine.com/livre-dor/#comment-239236

, ...

Écrit par : Jean-Pierre Zéni & le Doc. | 16/09/2021

ben moi ,j'aime bien. Bon , je suis pas difficile à convaincre, depuis 40 ans à écouter l'animal, je lui reste fidèle comme un vieux chien. Hubert nous a toujours surpris et jamais déçu. Alors oui, le son est plus électro pop mais depuis que son fils a pris les arrangements musicaux, il souffle un vent de légèreté et d'audace dans ses mélodies.
Oui, la voix est plus douce et plus posée mais , pas d'inquiétude, elle sera toujours aussi puissante et grave en concert.
N'ayez aucun doute sur l'artiste et la fin de son oeuvre. Elle sera à l'image de sa carrière. Par "la fin du roman", il s'interroge sur la manière d'y apporter sa conclusion. En chanson bien sûr.
Merci Katell de continuer à faire vivre ce site et d'animer le débat.

Écrit par : rené force4 | 17/09/2021

Bonjour Seb

Tu peux nous en dire plus sur le livre de Jean-Christophe Loison (Entre balises et mutations) : date de sortie, éditions… j’ai rien trouvé sur le net…

Merci à toi

Écrit par : Bételgeuse | 18/09/2021

J'aime bien lire les commentaires de ceux qui ont aimé d'emblée les trois derniers titres, cela éclaire fortement ma lanterne et me permet d'affiner, voire de réviser mon jugement. Je vais cheminer encore avec ces trois chansons, et on verra bien. Déjà, "Page noire" m'a plu immédiatement. "Du soleil dans ma rue" m'a d'abord laissée dubitative, puis je l'ai adoptée. Donc, je ne désespère pas pour "La fin du roman" !
Bételgeuse : à une époque, Jean-Christophe Loison laissait parfois des commentaires sur ce blog, sous le pseudo de Grizzly. Cela fait très longtemps qu'il consacre ses écrits à Thiéfaine, mais je n'en sais pas plus sur le dernier ouvrage paru.

Écrit par : Katell | 18/09/2021

Hello Katell, Bételgeuse et tous !
J' ai commandé le livre sur Cultura car je ne le trouvais pas à la Fnac.
En revanche, je n'en sais pas plus.
Je crois que Jean-Christophe (Grizzly, Donc

Écrit par : Seb | 18/09/2021

Merci Katell

Grizzly si tu repasses par là, peux-tu nous en dire plus ?…

Écrit par : Bételgeuse | 18/09/2021

Merci Seb !

Direction Cultura cet aprèm ! :-)

Écrit par : Bételgeuse | 18/09/2021

Merci Doc pour le lien !

Écrit par : Bételgeuse | 18/09/2021

Bonjour à tous,

Merci beaucoup pour l'info sur les parutions, je prends note. J'ai commencé la lecture de l'ouvrage de Jean-Michel Gaudron et lu déjà le mémoire de Jean-Christophe Loison, disponible sur Internet. J'ai hâte de découvrir son travail et celui de Sébastien Bataille.

J'ai lu vos réponses au questionnaire de rentrée et je m'y retrouve souvent. Toutefois, hormis quelques réponses faciles à donner mais parfois très personnelles, j'avoue avoir beaucoup de mal à faire une "sélection", l'"arbitrage" m'amenant toujours à regretter de ne pas avoir retenue une autre chanson, puis une autre, puis une autre... Bref, j'aurais eu besoin de plus de temps pour affiner.

Je me cantonnerai donc à glisser les quelques titres que j'adorerais écouter en concert : Annabel Lee, la Terre Tremble, Chambre 2023, Roots et Déroutes plus croisement, Lubies Sentimentales, Scandale Mélancolique, Zoo Zhumains Zébus.

Concernant les nouveaux titres, j'aime beaucoup Page Noire, moins du Soleil dans la Rue (bien que je me surprenne à la fredonner de temps à autre). Quant à La Fin du Roman, j'avoue être sensible à l'usage immédiat du "tu" et de l'impératif, qui tout de suite capte mon attention. La musique est aussi très entraînante. Je vais poursuivre l'écoute...

@Katell
Je suis ravie que vous ayez pu revivre par procuration cet éblouissement du premier contact avec l'oeuvre de Thiéfaine. Votre récit me renvoie à ma propre découverte : c'était à l'écoute du titre Stratégie de l'Inespoir, ma madeleine à moi, puis d'Alligator, 113ème Cigarette... puis les autres, avec à chaque fois la même stupéfaction.

Bien à vous

Écrit par : CélineCapucine | 18/09/2021

Oups...
Je revenais mettre le lien et vois mon message amputé.
Satané téléphone intelligent !!
Bref, c'est pas grave tout a été dit :
Merci Doc pour le lien.
Et oui, Grizzly, si tu repasses...

Mon exemplaire a été commandé hier et arrivera le 10/10 ??
Idem, commandé celui de SeBataille.

En revanche, pour l'album, j'irais le choisir moi-même (c'est fragile ces p'tites bêtes).

CélineCapucine, d'accord avec toi quant à l'usage du "tu".
Et décidement, cette petite mélodie me poursuit. Je ne connais pas le terme technique "phrase" ou "thème" (pas "riff") mais je me dis qu'en live, il peut s'accompagner façon "la fille" ou "113ème cigarette".

Je vais brancher mon téléphone intelligent sur mon ampli et vais tout faire sauter (bébé...).

Salutations numériques !

PS : Katell, si ton collègue accroche la musique des premiers albums, son plaisir risque d'aller crescendo !

Écrit par : Seb | 18/09/2021

En passant par La Lorraine avec mes .. ' je suis en chaussettes ' :

https://www.youtube.com/watch?v=f3AWznqRljE?

, ...

Écrit par : le Doc. & Jean-Pierre Zéni | 18/09/2021

De l'importance de son public par Hubert à partir de 17' 39'' :


https://www.youtube.com/watch?v=eRayNjUmhPg


, ...

Écrit par : le Doc. & Jean-Pierre Zéni | 18/09/2021

Écrire un commentaire