Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2022

"En ma fin gît mon commencement"...

"Rien ne sert à celui qui possède un cœur fougueux que le monde extérieur lui offre paix et bonheur, sans cesse se créent en lui-même de nouveaux périls et de nouveaux malheurs". Stefan ZWEIG, Marie Stuart.

 

Dans une interview assez récente d'Hubert-Félix Thiéfaine, j'ai appris que la chanson Fotheringhay 1587 lui avait été inspirée par sa lecture de la biographie que Stefan Zweig avait consacrée à Marie Stuart. C'était assez pour me donner envie de lire ce livre, d'autant queZweig est un auteur que j'aime particulièrement !

Voici le résumé que l'on trouve sur la quatrième de couverture : Reine d'Écosse à l'âge de six jours, en 1542, puis reine de France à dix-sept ans par son mariage avec François II, Marie Stuart est veuve en 1560. Elle rentre alors en Écosse et épouse lord Darnley avant de devenir la maîtresse du comte Bothwell. Lorsque ce dernier assassine Darnley, Marie doit se réfugier auprès de sa rivale, Élisabeth Ire, reine d'Angleterre. Celle-ci la retiendra vingt ans captive avant de la faire condamner à mort. Son courage devant le supplice impressionnera les témoins, au point de métamorphoser celle que l'on disait une criminelle en une martyre de la foi catholique. Sur cette figure fascinante et controversée de l'histoire britannique, Stefan Zweig, le biographe de Marie-Antoinette, a mené une enquête rigoureuse. Ce récit passionné et critique nous la restitue avec ses ombres et ses lumières, ses faiblesses et sa grandeur.

 

Le livre de Stefan Zweig nous entraîne dans les abîmes des passions humaines et une multitude de complots politiques. De tout cela, ainsi que d'une foule de péripéties inattendues, se tisse le destin de Marie Stuart. Il est franchement impossible de faire un résumé de l'ouvrage de Zweig. Le mieux est encore de le lire !

En tout cas, le chapitre qui précède l'épilogue s'intitule En ma fin est mon commencement. J'en recopie quelques passages ici, ça peut toujours servir à la compréhension de la chanson !

 

« En ma fin est mon commencement » : cette parole dont le sens, alors, n'était pas encore très clair, Marie Stuart l'avait jadis brodée sur une étoffe. À présent sa prédiction va se réaliser. Sa mort tragique rachètera aux yeux de la postérité les fautes de sa jeunesse, elle leur donnera un tout autre caractère, elle sera en vérité le début de sa gloire.

(…)

Marie Stuart utilise ses derniers moments avec un sang-froid et une mesure qui autrefois lui étaient, hélas ! étrangers. Grande princesse, elle veut une mort grandiose, et avec son sens parfait du style, qui toujours la distingua, avec son goût artistique et héréditaire et sa dignité innée au moment du danger, elle prépare son trépas comme une grande cérémonie, une fête, un triomphe. Rien ne doit être improvisé, abandonné au hasard, à l'humeur du moment ; tout doit être calculé, d'un effet imposant, d'une royale beauté. Chaque détail a sa place comme une strophe touchante ou puissamment émouvante dans le poème héroïque d'une mort exemplaire. Pour avoir le temps de recueillir ses pensées et d'écrire tranquillement les lettres nécessaires, Marie Stuart a commandé un peu plus tôt que d'habitude son repas, auquel elle donne la solennité d'une cène. Après avoir mangé, elle réunit autour d'elle tous ses serviteurs et se fait passer une coupe de vin. Gravement, mais le visage serein, elle lève le calice au-dessus de ses fidèles, qui tous sont tombés à genoux. Elle boit à leur santé et les exhorte ensuite à rester dévoués à la religion catholique et à vivre en paix entre eux. Elle leur demande pardon à tous, individuellement – on dirait une scène de la Vie des saints – des torts que, consciemment ou inconsciemment, elle a pu avoir envers eux. Alors elle remet à chacun d'eux un souvenir : des bagues, des joyaux, des colliers et des dentelles, toutes ces petites choses précieuses qui ont autrefois orné et égayé sa vie. Ils reçoivent ces présents à genoux, en silence ou sanglotant, et la reine, malgré elle, est remuée jusqu'aux larmes par la déchirante affection de ses fidèles.

Commentaires

Ouf....
Son bourreau était bourré et dû s'y reprendre à trois fois...
C'était barbare à l'époque. C'était avant le bon docteur Guillotin... Hum...

Sinon, je vois sur le site officiel qu'il y a une relance pour les 4 dates de Paris. Est-ce à dire que ce n'est pas full de foule ??

J'espère quand même que ta place ne sera pas inoccupée, Katell (que tu pourras venir, quoi) !

Salutations numériques (en grand nombre)

Écrit par : Seb | 20/01/2022

Oui, horribles, les circonstances dans lesquelles Marie Stuart est morte...
Je ne sais pas du tout si les salles parisiennes ne sont pas encore remplies, aucune idée. J'espère que je pourrai venir ! Toujours en arrêt, mais je commence vraiment à me sentir mieux. En revanche, comme une de mes filles a le Covid, tout est compliqué. Il faut vraiment que j'échappe à ce fichu virus ! Et mon autre fille aussi, d'ailleurs, car nous sommes censées passer toutes les trois le week-end du 28 à Paris !!!

Écrit par : Katell | 20/01/2022

Et qui demeure :

https://www.thiefaine.com/livre-dor/#comment-240285

, ...

Écrit par : le Doc. | 23/01/2022

Bon, a priori, puisque j'ai été déclarée apte à reprendre le travail jeudi (donc après-demain), je dois pouvoir aller à Paris, non mais ! J'ai eu chaud, franchement !
Bételgeuse proposait que l'on se voie après le concert du Grand Rex. Qui d'autre est partant ? Je serai avec mes filles (elles m'accompagnent au Grand Rex), mais ce n'est pas gênant, elles sont grandes et habituées depuis leur plus tendre enfance à traîner avec la "faune" thiéfainienne !

Écrit par : Katell | 25/01/2022

Présent pour un débrief en live !!

Salutations numériques !!

Écrit par : Seb | 26/01/2022

On se tient au courant à l'aide des portables ! À samedi !

Écrit par : Katell | 27/01/2022

Hello Katell

Oui je te tiens au courant. J’espère vraiment pouvoir me libérer samedi soir et être là à la sortie du Grand Rex pour vous retrouver !

En ce qui me concerne c’est pour demain soir à l’Olympia ! Petite montée d’adrénaline…

Écrit par : Bételgeuse | 27/01/2022

Très chouette concert jeudi soir à la salle Pleyel, quel plaisir de retrouver Hubert, en pleine forme, entouré d' incroyables musiciens. Je n'en dis pas plus pour laisser la découverte totale à ceux qui iront l'écouter ce soir au Grand Rex, et rassurez-vous, c'est complet! Je retournerai en avril à la Commanderie, avec grand plaisir. Ma fille qui m'accompagnait a beaucoup aimé elle aussi. Cela lui donne envie de poursuivre l'aventure, j'en suis ravie, c'est un bonheur partagé. Bonne soirée Katell, profitez bien avec vos filles, également!

Écrit par : isabelle | 29/01/2022

Quelle claque le concert d’hier soir !! Exceptionnel !
À tous ceux qui seront au Grand Rex ce soir, régalez-vous, vous ne serez pas déçus !

Écrit par : Bételgeuse | 29/01/2022

@Bételgeuse Très beau concert aussi hier soir au Grand Rex !
Malgré quelques cafouillages, Thiéfaine a conservé sa rage et sa puissance, notamment sur certains titres comme Demain les kids, Petit matin et Ad Orgasmum. J'ai aussi adoré : Animal en quarantaine, Reykjavik, Pulque, Elle danse.
Déjà en manque, c'est trop court, vivement l'année prochaine !

@Katell Je regrette vraiment de ne pas avoir pu debriefer avec vous, ça aurait atténué mon spleen d'après concert, mais j'étais accompagnée de ma fille, qui est jeune et fatigue vite le soir. Vous avez du passer un excellent moment.

Thiéfainement vôtre

Écrit par : CélineCapucine | 30/01/2022

Salut tout le monde

Effectivement, c'était complet...
Et...oui, Tonton Hubert nous a encore mis une bonne fessée !!
Toujours vert, des musiciens exceptionnels, et des arrangements...Mmmmm... (Et quelle play-list !).

En espérant que cette tournée reste gravée dans la cire…

Très content de t'avoir croisée, Katell (avec la nouvelle génération).
Le Doc, la prochaine fois, on fera une plus grande tablée (et sans distanciation !).

Salutations de redescente…

Écrit par : Seb | 30/01/2022

CélineCapucine, ta fille a aimé le concert ?

Écrit par : Bételgeuse | 01/02/2022

@Bételgeuse
Oui, oui, ma fille a aimé et a fait quelques photos à ma place (j'étais trop absorbée). A tout juste 11 ans, c'était son premier grand concert "rock". Elle a été très impressionnée et un peu intimidée par l'ambiance, mais je pense que de connaître les chansons de Thiéfaine l'a rassurée. Sa présence, finalement, lui est familière.

Écrit par : CélineCapucine | 01/02/2022

CélineCapucine : pas grave, on se verra une autre fois ! Oui, j'ai passé un excellent moment, et mes filles aussi (elles voyaient Hubert pour la quatrième fois, déjà, à 13 et 16 ans !). Mais elles ont été plus vite fatiguées que moi. On se demande qui a 48 ans là-dedans !
Seb, moi aussi j'ai été heureuse de partager l'après-concert avec toi et tes amis. Ce sont des moments qui comptent et permettent de prolonger la magie, si vite évanouie...

Écrit par : Katell | 02/02/2022

Écrire un commentaire