Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2022

Méthode de dissection d'un concert d'HFT : où se mêlent subtilement l'avant, le pendant et l'après !

"Es geht in jedem Augenblick etwas verloren". Robert SEETHALER

 

Un concert d'Hubert, c'est un ensemble tissé de trois moments distincts : avant, pendant et après.

L'avant, c'est généralement celui qui dure le plus longtemps. Ça démarre avec l'acquisition d'un billet qui a des allures de Saint Graal. Loin de n'être qu'un vulgaire bout de papier, le billet en question est une promesse. On peut, si l'on est un peu trouillard, méfiant, superstitieux, planquer la belle promesse dans un endroit dont on ne dira rien à personne (dans ces cas-là, il n'existe plus d'amis, plus de famille, plus un être digne de confiance ici-bas, je vous le dis comme je le vis). C'est qu'on en deviendrait totalement parano. Dernièrement, lors d'une vague de cambriolages qui a durement frappé le secteur dans lequel je vis, je me trimbalais avec pas moins de cinq billets de concert dans mon sac à main. Pure folie, n'est-ce pas ? Qui sait si, en voulant ainsi protéger jalousement mon doux trésor, je ne l'ai pas exposé à encore plus de risques ?! Maintenant, les promesses de papier sont cachées dans un lieu secret. « Que rigoureusement ma mère m'a défendue de nommer ici »... Je me demande quand même, soit dit en passant, s'il ne serait pas judicieux d'investir dans un coffre-fort !

Donc, cet avant, c'est la douceur même. Tu regardes ton billet et déjà les étoiles te dégoulinent droit dans les yeux. Tu imagines les chansons qu'HFT va te susurrer à l'oreille le grand soir. Tu rêves. Les jours qui précèdent, tu es dans un état qui confine, diront certains, à la démence. Tu fais tout pour te tenir à l'écart des possibles microbes qui auraient la faculté de venir brouiller ton bonheur. Ben oui, quoi, un mauvais rhume, une vilaine grippe, ou que sais-je encore, c'est le gâchis assuré. Et gâcher, dans ces moments-là, c'est sacrilège et c'est malédiction. Ensuite, il y a en toi cette euphorie grandissante que parfois, dans ton entourage le plus proche, on regarde d'un drôle d'air, de ce drôle d'air qui hésite entre la pitié et l'inquiétude. Ça y est, madame a de nouveau ses vapeurs... Ben oui, c'est l'effet magique d'HFT, dont j'ai déjà parlé. Quelques heures avant le concert, c'est un bouillonnement indescriptible qui renverse absolument toutes tes cellules. Où que tu sois, tu y es sans y être, la rétine déjà mangée par un ailleurs où se baladent, dans un décor abstrait, des dragons écarlates, d'inusables Lorelei, des cinglés sublimes, et j'en passe parce qu'ils sont légion, les bizarroïdes qui traversent l'œuvre de Thiéfaine...

Le mieux, dans ces moments-là, c'est de se rendre dès que possible sur le lieu du délice. Allez, huit heures avant le concert, voilà qui me paraît raisonnable, une panne est si vite arrivée. Faire la queue sans en avoir sa claque, c'est encore l'effet magique d'HFT. Rôder sur des parkings de misère, regarder, de loin ou de près, des gens siroter des bières et les entendre hurler sur la musique qui s'évade joyeusement d'une chignole à la tôle défraîchie. Se dire qu'on préfère, pour sa part, la sobriété. Dans un premier temps, en tout cas. Dans un deuxième temps, c'est HFT en personne qui viendra instiller l'ivresse dans nos veines. « Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse » : pas si sûr ! Moi, ce que je veux et exige, c'est l'ébriété de la plus noble  espèce, celle que seuls peuvent offrir en grande pompe les mots arrosés d'une musique et d'une voix qui se mettent divinement à leur service.

L'avant a ma préférence. C'est peut-être parce que j'ai lu trop tôt Maupassant et son « c'était fini d'attendre ». Adolescente, déjà, j'avais bloqué sur cette phrase. Elle me racontait avec une précision remarquable ce que j'étais : celle qui redoutait déjà le moment où l'attente prendrait fin. Car qui dit fin de l'attente dit aussi, quelque part, déjà, fin tout court. Ton concert d'HFT, tu l'espères pendant des mois, voire parfois des années, il te secoue avant même d'avoir eu lieu, et puis voilà que d'un seul coup tout devrait s'arrêter ? Les premières notes de musique qui se répandent dans la salle sont aussi celles qui conduiront vers les toutes dernières. C'est une loi immuable, malheureusement : tout ce qui commence court vers son terme.

Alors, quand le pendant palpite en nous et autour de nous, se dire : « Je n'ai pas le droit d'en perdre une miette ». C'est une enfilade d'instants qui ne tolère aucune inattention. Il faut être là à cent pour cent. Pas un pied ici et le regard ailleurs, non. Tout doit être enraciné ici et nulle part ailleurs. Il est même bon d'essayer de croire, dans ces moments-là, que le présent a l'éternel chevillé aux entournures. Carpe diem n'a jamais été aussi vrai.

Et, malheureusement encore, Carpe diem n'a jamais été aussi vain et déchirant. Sans prévenir, soudain, l'après est là, avec ses gros sabots boueux. Les lumières se rallument. Quelque part, derrière la scène, des coulisses accueillent des sueurs, des émotions, des étincelles qui vont s'éteindre. Voilà, c'est fini. En trois fois rien de temps, le temps est passé, comme un con incapable du moindre égard.

Au fond de toi, tu ranges ta belle attente, elle est morte, adieu. Tu peux aussi tourner la page du pendant, c'est tout pareil, il est mort, adieu, cloué dans un passé qui ne reviendra plus.

Alors, alors, commence l'après, celui où tu croises, dans un hall aseptisé, des attentes qui ont cessé d'être, des dingues et des paumés qui se retrouvent aussi démunis que toi. Une soudaine tendresse vous unit, même si dans la vraie vie, tout vous éloigne peut-être. Pour l'heure, il y a cet élan magique qui fait communier vos âmes. La quête que tu crois voir dans leurs yeux, c'est aussi la tienne. Celle qui se tend déjà vers l'avant d'un autre concert...

Commentaires

Mon nouvel avant a commencé : prochain concert le 8 avril ! Je piaffe et m'impatiente au fond des starting-blocks !!!

Écrit par : Katell | 20/03/2022

Tu as de la chance Katell le 8 avril c'est bientôt !
Tu as raison l'attente est longue.
Je n'ai pas d'autre date prévue... alors pas d'attente tout en étant dans l'attente. Je me laisse la possibilité de réserver sur un coup de tête... il faut juste que je trouve l'énergie de faire la route jusqu'à Bar-le-Duc ou Saint-Omer ou ailleurs.
Aujourd'hui j'ai repensé à Juste une valse noire et ça m'a à nouveau émerveillée. Impressionnant comme on peut ne pas se lasser !

Écrit par : Nadja | 23/03/2022

Je suis d'accord : aucune lassitude pour moi non plus ! On me demande souvent comment je fais pour apprécier de voir plusieurs concerts d'une même tournée. Je ne sais pas, c'est l'effet magique d'HFT, c'est tout !
Oui, le 8 avril, c'est bientôt !!! Quelques jours plus tard, je serai en Allemagne : de quoi négocier correctement ma redescente !!!!

Écrit par : Katell | 25/03/2022

Salut Katell

Ah… l’attente avant un concert d’Hubert, quel délice !! J’y suis en plein dedans car je le vois demain à Montélimar. Et je suis déjà à Montélimar !!! On ne sait jamais, un imprévu est si vite arrivé. Mieux vaut prendre ses dispositions et arriver en avance ! 24 heures avant me semble raisonnable. Cet après-midi en me baladant, je suis même passée devant le palais des congrès, en repérage, histoire de m’imprégner déjà du lieu, de la distance à parcourir, du temps estimé pour y arriver. Bref, c’est tout un art et faut rien laisser au hasard !

Je savoure, je déguste, je me délecte de ce moment. L’avant, l’attente, l’impatience… mais pas trop pour ne pas laisser filer trop vite ce moment délicieux.

À bientôt

Écrit par : Bételgeuse | 25/03/2022

Moi je vais parler d'un après.
L'après de Bercy 98 où je me souviens être sur le quai du RER ou du métro et où tout le monde chantait La Fille du coupeur.
Un souvenir fort pour moi.

Écrit par : PK | 26/03/2022

@ ... :

, mes hommages à Cécile :-

, ...

Écrit par : le Doc. | 28/03/2022

@ Bételgeuse :

, ce fût un plaisir de te rencontrer à Montélimar et plaisir aussi bien sûr d'échanger avec toi :-)
, ...

Écrit par : le Doc. | 31/03/2022

@ ... :

https://thiefaine.com/livre-dor/

, ...

Écrit par : le Doc. | 31/03/2022

Cher Doc

Le plaisir de cette rencontre après concert a été partagé !

Écrit par : Bételgeuse | 31/03/2022

, le Doc s'interroge :

https://thiefaine.com/livre-dor/

, ...

Écrit par : le Doc. | 03/04/2022

Bonjour à tous,

@PK : quelle chance vous avez d'avoir assisté à Bercy 98 ! J'ai pour ma part râté beaucoup de concert, car "convertie" tardivement. Je ne devais pas être prêt à recevoir les textes de Thiéfaine. C'est bien aussi que vos enfants assistent au concert ; les miens l'ont vu une fois chacun, c'est déjà pas mal.

Écrit par : CélineCapucine | 03/04/2022

Re-bonjour,

Il est souvent difficile d'exprimer ce que Thiéfaine provoque en nous, chacun ayant sa propre perception ou son propre ressenti, très personnel.

Je me permets de rapporter la citation de Charlélie Couture, extraite de l'annexe du livre de Sébastien Bataille. C'est à mon sens, très juste. A vous de juger :

"L'écriture de Thiéfaine est plutôt séquentielle... pour HFT, il s'agirait plutôt de psaumes. Il agence les mots comme une mosaïque de sonorités et de découpages. Il cherche des mots rares qu'il juxtapose entre eux, qui rebondissent les uns sur les autres, comme des bulles de savon qui explosent ou s'associent pour former le décor d'une ambiance qui lui est propre. Les mots de Thiéfaine sont transparents et colorés aussi, comme les bouts de verre d'un kaléidoscope qui forment une image évolutive".
Il me semble que l'image du kaléidoscope est reprise par Françoise Salvan-Renucci.
Cette idée d'image évolutive, en MOUVEMENT, c'est vraiment ça, je trouve. Non ?

Thiéfainement vôtre

Écrit par : CélineCapucine | 03/04/2022

Bien d'accord avec toi Katell, "cet avant, c'est la douceur même".... je suis dans cette période et ta description de l'état traversé, qui inquiète l'entourage tellement on place parfois, m'a fait gentiment sourire ;)
Mais le moment que je préfère, c'est le "juste avant", celui où on est là, assis face aux instruments posés bien sages, le buste, le tabouret encore vide, le saxo géant, les guitares... tout cela non éclairé, non animé, pourtant plein de promesses. Ce que j'aime encore davantage, c'est le moment infinitésimal où l'artiste arrive sur scène, se faufilant dans l'ombre comme HFT sait si bien le faire... (il en joue très bien en cours de concert du reste, fausses sorties et retours, j'adore !).
L'après, lui, est plus douloureux, mais sera cette année adouci par les deux dates réservées pour le Replugged, dont les billets dorment bien au chaud dans mon armoire-coffre-fort (les Suisses aiment les coffres forts c'est connu)....
Voilà.... ;)

Écrit par : delphine | 04/04/2022

Correctif : "tellement on plane" et non "tellement on place"
(du grain à moudre pour toi Doc, là... ;)

Écrit par : delphine | 04/04/2022

@ ... :

https://thiefaine.com/livre-dor/

, ...

Écrit par : le Doc. | 06/04/2022

@ Delphine :

, je ne mous pas plus le grain maintenant que depuis le lâche départ de ma femme en 1985, c'est elle qui était chargée d'effectuer cette tâche ! J'utilise depuis du café moulu ;-)

P. -S : maintenant je suis autonome .. précision : toutefois il m'a fallu tout de même acheter un aspirateur et une machine à laver ..


, ...

Écrit par : le Doc. | 06/04/2022

CélineCapucine : oui, tout à fait d'accord avec cette image employée par CharlÉlie Couture et Françoise. J'ai bien aimé aussi cette partie du livre de Sébastien Bataille. Je ne m'y attendais pas. Finalement, quand on aime plusieurs artistes, on se rend souvent compte qu'il existe des liens entre eux. Cela m'est arrivé plus d'une fois. Il y a des ramifications, comme ça, qui expliquent beaucoup de choses !
Delphine : oui, c'est vrai, le moment où rien n'est encore animé sur scène, c'est formidable ! L'arrivée d'Hubert est aussi toujours un événement. Qui me donne des frissons, invariablement, depuis la première fois. C'est fou !
Plus que deux jours d'attente avant le concert de Vittel. Youpi ! En plus, mes examens médicaux ont donné de bons résultats ! Cinq biopsies ont été pratiquées, quand même. J'ai une pathologie relativement bénigne. Ouf ! La fête sera donc doublement merveilleuse !

Écrit par : Katell | 06/04/2022

Pas de commentaire de Seb depuis un petit moment. J'espère que tout va bien, l'ami !

Écrit par : Katell | 06/04/2022

Extrait de katell :

' Finalement, quand on aime plusieurs artistes, on se rend souvent compte qu'il existe des liens entre eux. '

Alors moi le Doc je VOUS pose LA QUESTION : - et pourquoi ? -

, ...

Écrit par : le Doc. | 06/04/2022

Et moi le Doc je réponds :

, parce qu'ils appartiennent à la même espèce dite ' HOMO SAPIENS ' !...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Homo_sapiens

, ...

Écrit par : le Doc. | 06/04/2022

@Katell : je te souhaite de pouvoir profiter de l'instant en toute sérénité Katell !
Si fragiles et précieux ces moments.

@ le Doc : tant que tu peux te faire "encore un p'tit café" c'est que tu n'es pas trop vert-moulu ;)

Écrit par : delphine | 06/04/2022

Sakut Katell, salut à tous

Merci pour ton p'tit mot, Katell :-)

Oui, peu (voire pas) de commentaires, mais toujours ma visite quotidienne, accompagné de mon fidèle café (moulu mais pas bouillu) et le plaisir de te (vous) lire !

Mais les mots ne venant pas aisément, je me terre pour me taire (mode hibernation) :-)

Bon concert à toi à Vittel et à tous... (il nous ferait pas un double album live, le Père Hubert ?? Unplugged/Replugged...)

Quant à moi, je suis bien dans l'avant (quasi 1 an avant Replugged..) : ça permet d'aller…de l'avant… (enfin, pas à l'abri d'aller au Casino de Paris, avant…)

Salutations numériques !

Écrit par : Seb | 07/04/2022

@ Delphine :

je te cite ..

@ le Doc : tant que tu peux te faire "encore un p'tit café" c'est que tu n'es pas trop vert-moulu ;)

Écrit par : delphine | 06/04/2022

, sur l'aspect vert-moulu [ ;-) ] il te suffit de questionner le public présent* au concert de TOURS et mon amie Karine au sujet de ma prestation !...

* les absents ont toujours tort ..

, cependant le vert est toujours dans ma pomme comme il l'est dans toutes et tous !...

:-)

,...

Écrit par : le Doc. | 07/04/2022

Cath. ton exergue ' Es geht in jedem Augenblick etwas verlore. -


, rien ne se perd tout se transforme !...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Lavoisier

, ...

Écrit par : le Doc. | 07/04/2022

Contente d'avoir eu de tes nouvelles, Seb. Le Casino de Paris, je crois que ça tombe mal pour moi, si je me souviens bien. Il faut que je vérifie. Sinon, je me contenterai des dates de province, j'en fais déjà un petit paquet. Il y en a deux qui arrivent, youpi !
Doc, on essaie de se voir un peu à Vittel ou à Bar-le-Duc ? Quant à ton "pourquoi", j'aurais bien du mal à y répondre. Je ne sais pas pourquoi on tourne toujours un peu dans le même univers ! Qui a une idée ?

Écrit par : Katell | 07/04/2022

@ Katell :

, je serai ni à Vittel ni à Bar-le-Duc car je m'économise au niveau physique !..

P. -S : je sais le POURQUOI et je gère le COMMENT le plus efficacement possible, si nous sommes tous identiques chacune et chacun se doit de fabriquer ses propres outils en les utilisant avec sa propre dextérité acquise au fil des ans ..

-----

“Hâtez-vous lentement ; et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse et le repolissez ; Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.”
Nicolas Boileau De Nicolas Boileau

-----

, ...

Écrit par : le Doc. | 07/04/2022

Bon concert à Vittel Katell !
Profite bien de l’avant, du pendant et des rencontres de l’après !

Écrit par : Bételgeuse | 08/04/2022

Je me préparais pour un nouveau concert de la tournée unplegged ( cet "avant" dont il est question ici depuis un certain temps) quand le covid m'est tombé dessus et sitôt passé le choc de l'annonce, celui de la terrible décision à prendre
- y aller au risque de... contaminer les autres et de ne pas en profiter car malade
- ne pas y aller, être raisonnable "à ton âge quand même!"
Après 3 jours de réflexion et de tergiversations, je renonce à aller samedi soir à la Commanderie écouter Hubert dans sa ville natale. La mort dans l'âme, je renonce. Il fallait bien que cela arrive au moins une fois, me dis-je, et tu n'en mourras pas, tu l'as déjà vu au moins 20 fois sur scène, et rien que 2 fois cette année, la salle Pleyel, Cergy... tu as pris tes places pour le Zénith en avril 2023, et puis cet été, qui sait, un nouveau festival pendant les vacances? Bien-sûr, je me console comme je peux, mais quand même... ça a du mal à passer. Je vous souhaite de très beaux concerts à Vittel, à Bar-le-Duc, à Dole, partout où Hubert passe, on aimerait pouvoir aller le voir!

Écrit par : isabelle | 08/04/2022

Mince, Isabelle, pas de chance... Cela me chagrine pour vous. Fichu virus ! Même quand on a vu Hubert sur des dizaines et des dizaines de dates, le louper une fois est un crève-cœur. C'est bizarre, mais c'est comme ça, je comprends très bien ! Hier, à Vittel, j'avais une voisine adorable. 25 ans. La première fois qu'elle voyait Thiéfaine. Bilan à la fin du concert ? "Je n'ai qu'une envie : revoir Thiéfaine sur scène", m'a-t-elle dit ! Hubert crée des addictions, c'est un fait !!!

Écrit par : Katell | 09/04/2022

@ ... :

, pas plus mais pas moins :-)

, ...

Écrit par : New-Doc | 05/06/2022

@ ... :

https://www.thiefaine.com/livre-dor/#comment-241175

, ...

Écrit par : New-Doc. | 05/06/2022

Écrire un commentaire