Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2018

Les rescapés, de Miossec

"Je me suis fait tout seul et je me suis raté". Christophe MIOSSEC

Miossec a cinquante-trois ans. C'est un âge qui a vu passer plus d'une fois la charrette de l'Ankou, un âge où l'on ne compte plus les cités d'Ys englouties autour de soi, il y en aurait trop. Tous ces naufrages, ces départs, ces effacements, voilà qui vous donne l'impression d'être un sursitaire. Un rescapé, en somme ; un du bataillon de « ceux qui ne sont pas passés de loin à côté ». D'où ce titre donné à l'album : Les rescapés. Le mot vient du picard, rescaper, et signifie réchapper. Il serait devenu d'usage courant dans la langue française au début du vingtième siècle, après la catastrophe minière de Courrières. À cinquante-trois ans, de quoi a-t-on réchappé ? D'un certain nombre de coups de grisou qui n'ont pas épargné tout le monde. De bien des tempêtes qui ont cogné en aveugle sur leur passage. Le dernier Miossec parle de la grâce d'être encore là. Il dit également combien l'on est minus face à la mécanique broyeuse du temps, il dit qu'on est un peu la somme des désastres auxquels on a eu la chance d'échapper. Il dit aussi que l'homme sera toujours petit face aux éléments déchaînés et aux crocs des vagues démontées (cf. la septième chanson de l'album, La mer, quand elle mord, c'est méchant). La cinquantaine a quelque chose d'impitoyable, dirait-on : c'est l'âge où l'on devient non pas ce que l'on est (ce serait trop beau !), mais ce que l'on redoutait d'être. Constat assez sombre, je vous l'accorde, mais tout cela est soigneusement contrebalancé par des odes à la vie. Miossec est rescapé et conscient de l'être. La chanson Pour célèbre, si j'ai bien compris, la chance qui nous a été donnée de venir tâter du pied la planète Terre, malgré les aspérités, les achoppements et les chutes. Et je suis presque sûre que le mot qui est sous-entendu à la fin, c'est « merci ». En tout cas, moi, je vois dans ce texte quelque chose du Chapeau bas de Barbara. L'aventure fait l'éloge du grand large, des parkings annonciateurs de départs, de « tout ce qui nous attend ; demain, ce soir, ou là, dans un instant ».

Et puis il y a ces mélodies qui vous restent en tête des heures durant, ces envolées de sons, ces arrangements tissés au plus fin, au millimètre près, comme la toile d'une araignée qui se serait faite orfèvre. Il y a aussi ces déchaînements soudains, auxquels on ne s'attend pas, comme ce moment où, dans Nous sommes, le piano s'emballe comme un dément. Ou encore toutes ces fois où, dans La mer, quand elle mord, c'est méchant, on croirait entendre un ressac furibond. Et que dire de La ville blanche, alors ? Les espèces de roulements de tambour de la fin m'évoquent autant de réminiscences enfouies du tonnerre de Brest.

C'est un album marin, en somme, dans lequel on retrouve à la fois le Miossec des débuts et un Miossec infiniment autre, qui a su se réinventer. La mélancolie est restée communiste sous sa plume : elle n'oublie personne, elle a le geste généreux, le don foisonnant, et même, elle s'est encore accentuée. Mais elle n'en a pas pour autant anéanti les forces vives de l'artiste. Et tout ce petit monde, à la fois ombre et lumière, cohabite là sans heurts. On croise même Georges Perros dans un texte (On meurt), et la cohérence nous apparaît alors évidente : chez lui aussi, ombre et lumière, à tour de rôle, ou en même temps...

L'œuvre d'un artiste est-elle forcément toujours ancrée dans le territoire qui l'a vue jaillir ? Je dirais que oui. Celle de Miossec me semble trimbaler avec elle pléthore d'embruns, myriades de ciels changeants, ambiances de veillées ou de festoù-noz. En clair : elle est bretonne et plus encore finistérienne. Le Finistère, c'est la fin de quelque chose certes, puisque la terre ferme s'étiole sous nos pas, mais devant nos yeux, s'ouvre un morceau d'infini. C'est beau, c'est puissant, c'est comme l'univers de Miossec, où la fin n'est pas seulement achèvement, mais aussi et surtout ouverture.

Commentaires

… C'est un billet porteur de bien des choses à dire .. , à vous dire .., - MAIS POUR QUOI VOUS DIRE - ou le titre du livre de François Jolliat qui l'a écrit pour " célébrer " Henri LABORIT après la mort de ce dernier en 1995.

… Souvent lorsque je pense à ce livre je l'intitule le plus souvent - A QUOI BON VOUS DIRE - !...

… Toutefois de part ma composante obsessionnelle du latin ' obsedere ' ( assiéger .. ), renforcée par ma composante compulsive du latin ' compulsus sum ' (obligé de .. ) je continue encore à dire et à faire. ( ou en un brutal raccourci les TOCS )

… J'ai planifié mes premiers 5 concerts d'HFT pour octobre et après je m'essaierai au silence pour rejoindre Miles Davis et sa citation :


“La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu'encadrer ce silence.”

, j'ai souvent vu qualifier tes billets de - beau - Katell, pour celui-ci je dirai : c'est un billet FORT !...

Écrit par : le Doc. | 30/09/2018

Merci pour ton commentaire, Doc ! Je voudrais bien que tu nous dises, tu sais... J'espère te voir prochainement.

Écrit par : Katell | 30/09/2018

@ katell :

… Tirésias conseillait opportunément de tempérer notre désir de savoir. Depuis environ 5 ans je prodiguais mon savoir à une personne qui m'était devenue chère, riche de ce savoir bien acquis et assimilé elle s'est empressée de favoriser son homéostasie au détriment de ma santé.

… Alors je m'essaie au quotidien de me relever de cette médiocratie !...

Écrit par : le Doc. | 01/10/2018

…/…

Écrit par : à toi | 01/10/2018

…/…

Écrit par : cependant | 01/10/2018

.. qui m'était devenu aussi cher et qui le sera jusqu'à la fin de mes jours ! Je suis contrainte au silence par l'homéo stasi de la vie qui n'est pas la mienne.. exilée, rescapée & naufragée dans un entre-deux-mondes qui m'est étranger où je dois continuer d'avancer sans trop m'enfoncer, malgré l'oubli et le bruit.. tu es là et je navigue sans toi, tu m'as appris à le faire.. le bleu de tes yeux, la nuit, le soleil et la pluie, tout me ramène à toi sans pouvoir y revenir ! À toi ..

Écrit par : à toi | 01/10/2018

" Immortels "

Écrit par : Alain Bashung | 01/10/2018

… Narcisse sur feu son forum me disait que je n'écrivais jamais dans le bon topic, que j'étais toujours hors sujet.

… Je disais récemment à Françoise Salvan-Rénucci, ceci par sms, que " Tout est dans tout " car elle voit du HFT partout,

https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjnldPBt-fdAhUGyRoKHbplAcMQyCkwAHoECAkQBQ&url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DtAegsxVwqoE&usg=AOvVaw1u2KLDQz-NZBiofcIn0Umx

, je reviens :

Écrit par : le Doc. | 02/10/2018

, partout partouze pour ne pas le plagier car de fait avec ce commentaire dont je viens de découvrir sur google qu'il est attribuée à Alfred Capus et au-delà de la théorie du genre nous appartenons au genre homo.

… Je me suis aliéné une fois volontairement pour ma fille en confiant ma santé mentale au monde psy. , il en a résulté Défloration 13, album mis entre parenthèses comme balise sur le Wikipédia d'Hubert. La volonté du gérant du Wikipédia d'Hubert :-)

, je reviens :




Écrit par : le Doc. | 02/10/2018

… Je me suis aliéné au public d'HFT lorsque la situation de l'un ou de l'autre sollicitait la part humaine que j'ai fait habiter en moi et qui m'habite toujours à ce jour, je savais que j'y laisserais des plumes et j'en ai laissées. Je ne regrette rien mais l'hiver approche et avec mes presque 70 ans je risque de prendre froid.

… Je crois, il me semble que l'on dit : " il vaut mieux avoir des regrets que des remords. "

, je reviens juste un p'tit tour sur google :

Écrit par : le Doc. | 02/10/2018

--------------------------------

Source Wikipédia ou la souffrance des littéraires :

"Mieux vaut des remords que des regrets" : est-ce que c'est vrai ?


"Mieux vaut des remords que des regrets" : est-ce que c'est vrai ?
Les regrets peuvent entraîner une grande morosité


"Mieux vaut des remords que des regrets" : est-ce que c'est vrai ? La réponse ici !

Il arrive que l'on se retrouve face à une situation dont le choix sera déterminant. On peut alors choisir de se lancer, quitte à en assumer par la suite les conséquences, ou bien préférer la sécurité et ne même pas essayer. Quel est le bon choix, et vaut-il mieux avoir des remords ou des regrets ?

"Mieux vaut des remords que des regrets" : qu'est-ce que ça signifie?"

"Mieux vaut des remords que des regrets" est une expression, utilisée pour exprimer le fait qu'il est parfois préférable de se lancer et d'oser, quitte ensuite à s'apercevoir que l'on s'est trompé ou que l'on n'aurait pas dû, au lieu de regretter toujours de ne pas l'avoir fait. C'est une phrase qui célèbre le courage et la volonté de changement. Lorsque quelqu'un vous dit "mieux vaut des remords que des regrets", c'est généralement donc pour vous encourager. Si vous hésitez à inviter ce beau garçon dont vous êtes folle parce que vous avez entendu dire que c'était un coureur, il se peut qu'une de vos amies vous dise qu'il vaut mieux des remords que des regrets pour vous aider à vous lancer. Certes, il se peut que cet homme brise votre cœur, auquel cas vous aurez des remords, mais vous ne regretterez pas toute votre vie de ne pas avoir osé.

"Mieux vaut des remords que des regrets" : oui ou non ?

Cependant, on ne peut pas prendre "mieux vaut des remords que des regrets" pour une vérité générale, et il est important de nuancer. En effet, il serait dangereux de s'en servir d'excuse pour agir n'importe comment, pour sauter le pas, quel qu'il soit sans penser aux conséquences. Si ce beau garçon fait aussi rêver votre meilleure amie, et que vous choisissez d'agir malgré les mises en garde de vos autres amies, vous prenez le risque de faire une croix sur votre amitié, pour une relation dont vous n'êtes même pas sûre à long terme. Les conséquences peuvent alors être considérables, et il arrive qu'agir sans cesse de façon à ne jamais avoir de regrets puisse au contraire vous amener à en avoir beaucoup. Prenez donc toujours bien le temps de réfléchir si cela en vaut la peine ou non. Ne tombez cependant pas dans l'excès inverse, il est aussi bon parfois de prendre des risques quitte à sortir de sa zone de confort, pour ne pas finir plus tard par se demander ce que notre vie aurait été si vous aviez fait tel ou tel choix que vous n'avez pas à l'époque pas osé.

Remords ou regrets : comment choisir ?

Faire la part des choses et choisir entre remords ou regrets apparaît donc assez compliqué. Il n'existe malheureusement aucune façon d'être certaine des choix que l'on fait, et se décider entre remords et regrets n'est pas toujours aisé. La meilleure solution reste alors encore d'essayer de s'écouter un maximum, d'agir avec spontanéité et de faire confiance à ses sentiments et à son intuition. Il est important aussi de déterminer si l'action que l'on hésite à effectuer est importante et nous tient à cœur ou s'il ne s'agit au fond que d'un caprice, auquel cas, elle ne vaut peut-être pas forcément le coup.

---------------------------------------------

… A moins que cela nourrisse leur pathos fonctionnel :-)

… Ni remord ni regret simplement devenu humain à force de volonté et j'y retourne* !...

* mon Abeille souhaite encore que je continue encore un peu ..

, je reviens :

Écrit par : le Doc. | 02/10/2018

Source Wikipédia et si besoin en était j'en comprends que plus la souffrance des littéraires :-)


"Mieux vaut des remords que des regrets" : est-ce que c'est vrai ?


"Mieux vaut des remords que des regrets" : est-ce que c'est vrai ?
Les regrets peuvent entraîner une grande morosité


"Mieux vaut des remords que des regrets" : est-ce que c'est vrai ? La réponse ici !

Il arrive que l'on se retrouve face à une situation dont le choix sera déterminant. On peut alors choisir de se lancer, quitte à en assumer par la suite les conséquences, ou bien préférer la sécurité et ne même pas essayer. Quel est le bon choix, et vaut-il mieux avoir des remords ou des regrets ?

"Mieux vaut des remords que des regrets" : qu'est-ce que ça signifie?"

"Mieux vaut des remords que des regrets" est une expression, utilisée pour exprimer le fait qu'il est parfois préférable de se lancer et d'oser, quitte ensuite à s'apercevoir que l'on s'est trompé ou que l'on n'aurait pas dû, au lieu de regretter toujours de ne pas l'avoir fait. C'est une phrase qui célèbre le courage et la volonté de changement. Lorsque quelqu'un vous dit "mieux vaut des remords que des regrets", c'est généralement donc pour vous encourager. Si vous hésitez à inviter ce beau garçon dont vous êtes folle parce que vous avez entendu dire que c'était un coureur, il se peut qu'une de vos amies vous dise qu'il vaut mieux des remords que des regrets pour vous aider à vous lancer. Certes, il se peut que cet homme brise votre cœur, auquel cas vous aurez des remords, mais vous ne regretterez pas toute votre vie de ne pas avoir osé.

"Mieux vaut des remords que des regrets" : oui ou non ?

Cependant, on ne peut pas prendre "mieux vaut des remords que des regrets" pour une vérité générale, et il est important de nuancer. En effet, il serait dangereux de s'en servir d'excuse pour agir n'importe comment, pour sauter le pas, quel qu'il soit sans penser aux conséquences. Si ce beau garçon fait aussi rêver votre meilleure amie, et que vous choisissez d'agir malgré les mises en garde de vos autres amies, vous prenez le risque de faire une croix sur votre amitié, pour une relation dont vous n'êtes même pas sûre à long terme. Les conséquences peuvent alors être considérables, et il arrive qu'agir sans cesse de façon à ne jamais avoir de regrets puisse au contraire vous amener à en avoir beaucoup. Prenez donc toujours bien le temps de réfléchir si cela en vaut la peine ou non. Ne tombez cependant pas dans l'excès inverse, il est aussi bon parfois de prendre des risques quitte à sortir de sa zone de confort, pour ne pas finir plus tard par se demander ce que notre vie aurait été si vous aviez fait tel ou tel choix que vous n'avez pas à l'époque pas osé.

Remords ou regrets : comment choisir ?

Faire la part des choses et choisir entre remords ou regrets apparaît donc assez compliqué. Il n'existe malheureusement aucune façon d'être certaine des choix que l'on fait, et se décider entre remords et regrets n'est pas toujours aisé. La meilleure solution reste alors encore d'essayer de s'écouter un maximum, d'agir avec spontanéité et de faire confiance à ses sentiments et à son intuition. Il est important aussi de déterminer si l'action que l'on hésite à effectuer est importante et nous tient à cœur ou s'il ne s'agit au fond que d'un caprice, auquel cas, elle ne vaut peut-être pas forcément le coup.

----------------------

… A chacun la légitimité de nourrir son pathos comme il peut :-)

… Ni remord ni regret ou vise et versa car je me suis élevé à l'humain à la force du poignet, sauf pour mon Abeille.

, et j'y retourne ...

Écrit par : le Doc. | 02/10/2018

…/…

Écrit par : le Doc. | 02/10/2018

1/ Hubert-Félix Thiéfaine est un auteur-compositeur-interprète français né le 21 juillet 1948 à Dole (Jura). Double lauréat aux Victoires de la Musique 2012, il est commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres1. Sa carrière musicale de quarante ans fait de lui une des figures de la chanson française. Sa culture littéraire, musicale, cinématographique et historique lui permet de jouer avec des références diverses. Thiéfaine n'hésite pas à donner à ses textes une dimension énigmatique.

Source Wikipédia

2/ Charles Aznavour a écrit à minima 7 fois plus de chansons non énigmatiques ..

, pour tous deux même combat ou la fuite laboritienne.

, je reviens :

Écrit par : le Doc. | 02/10/2018

@ katell :

Si j'arrive à ouvrir la porte de ma cellule aujourd'hui dont je possède seul la clé, peut-être achèterai-je aujourd'hui l'album de MIOSSEC, quoique ne me sentant pas rescapé* mais toujours vivant car je souffre physiquement.

* j'ai servi de 68 à 71 sur un remorqueur de haute-mer nommé L'Implacable

https://www.google.fr/search?q=remorqueur+de+haute-mer+l'implacable&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=2ahUKEwjfmbvF0ufdAhUG1BoKHUmIBdYQsAR6BAgGEAE

, j'y vais …

Écrit par : le Doc. | 02/10/2018

Aïe mon rendez-vous chez l'ophtalmologue n'est que pour demain, toutefois je remercie MIOSSEC pour les remerciements à Jean-Pierre … ou UN de la Marine Nationale :-)

Écrit par : le Doc. | 02/10/2018

, pour les remerciements à Jean-Pierre … voir la 4ème de couv. du livret !...

Écrit par : le Doc. | 03/10/2018

@ Catherine :
---------------
---------------

, ce matin je suis venu te dire que je m'en vais en te te remerciant de m'avoir accueilli, en autres en ce lieu.

p.s :

- Le 28 janvier 2013 je ' licenciais ' mon psychiatre qui me remercia pour lui avoir permis de changer sa pratique médicale (déontologie & éthique). Il en ferma dans la foulée son cabinet médical et termina là sa carrière médicale, il prit alors sa retraite.

Mon égo en est satisfait.

- De la même façon je vais effectuer mes 12 derniers concerts HFT en homme libre, seulement aliéné aux traumas de mon enfance qui ont fait mon histoire.

Mon égo en est satisfait car j'ai diligenté Défloration 13.

, je retourne - au comment - et à mon - égo-trip-transit mais non parano* - *car je ne peux en vouloir à la médiocratie/médiocrité j'en sais - le pourquoi -.

Écrit par : le Doc. | 03/10/2018

Doc tu me fais mal à la tête !!
Avec le temps va tout s'en va même les plus chouette souvenirs !
Et surtout pas d'applaudissements !

Écrit par : Susan | 04/10/2018

Susan je te conseille un doliprane pour le mal de tête. Pour les souvenirs sans doute doute un début d'Alzheimer sélectif (?) en en ciblant les plus chouettes.

Des applaudissements pour qui, pour quoi et à quel titre ?

Écrit par : greame | 05/10/2018

En un autre lieu j'ai aperçu des messages d'une certaine Susan, je ne sais s'il s'agit de toi, je te voie un peu partout pour diverses raisons raisonnantes dont la principale est qu'ici - s'il n'y a pas qu'HFT dans la vie - toutefois tu es entré dans nos vies, n'est-ce pas Katell :-)

Hier j'étais chez mon ophtalmologue dont j'ai dû calmé l'enthousiasme technologique car au niveau visuel tout va bien, je vois le réel cela me suffit.

Il est dommage effectivement de devoir se dissimuler derrière des pseudos, ce n'est pas moi qui ouvert le JE.

Dans 7 jours je serai comme au premier jour qui m'a vu naître dans un lieu d'apparences, au-delà de celles-ci, avec toujours en mémoire mes chouettes souvenirs. Pour moi le seul show qu'il me faut continuer pour adoucir mon seul crime en ce monde est le show de l'espèce à laquelle nous appartenons pour une d'une espèce en voie de disparition.

Ma présence qui j'espère sera la la plus silencieuse sera mon applaudissement car si j'avance en âge sans transpirer la vie, je n'ai pas changé malgré les maltraitances subies.

Écrit par : Un autre fredus | 05/10/2018

https://www.youtube.com/watch?v=ZH7dG0qyzyg

Écrit par : Un autre fredus | 05/10/2018

Il y aurait tant de choses à vous dire, vous tous que j'ai à minima côtoyés. On n'a qu'un pseudo pour rêver dit-il !...

Le message ci-dessus je l'ai écrit au débotté alors il me faudrait le corriger, cependant je ne vais pas le faire car le langage est un mauvais tour joué à notre intelligence disait Wittgenstein en parlant de la schizophrénie, en fait il parlait - de séduction - de notre intelligence par le langage. -

Avant d'être immortel il nous faut vivre, pour vivre fait-il tuer l'autre ? Celui que l'on a mal construit en nous assurément, attention à celle ou celui que vous deviendrez alors.

Écrit par : Un autre fredus | 06/10/2018

@ susan :

, en quoi te fais je mal à la tête ?...

En ce moment je pourrais dire la chose d'HFT, de Françoise, de Laetitia et bien d'autres .. or en fait le mal est moi alors je vais de ce pas faire un RESET !...

le Doc.*

* ce n'est pas un pseudo on m'a surnommé Doc en 1989 et l'article ' le ' fût ajouté par HFT lors d'une dédicace ..

Écrit par : le Doc. | 06/10/2018

@ à qui aura le courage de me lire :

Lorsque je parle de la façon de ' fonctionner ' d'une personne j'utilise la notion de structure.

Je pense avoir utilisé ce mot sans référence, HENRI LABORIT a écrit un livre en 1968 s'intitulant - Biologie et structure - que je n'ai pas lu.

, alors vite Wikipédia et puis très vite vient l'errance à cause du délire du littéraire* :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Structure_en_psychopathologie

, en 1998 je n'effectuai pas un safari et pour la mini tournée HFT ou tournée album ma démarche est identique. J'avais presque 49 ans et aujourd'hui j'ai un peu plus de 69 ans, le mal ou la structure qui m'anime est stable.

Écrit par : le Doc. | 07/10/2018

http://www.thiefaine.com/vendredi-2-octobre-2015-zenith-nancy-2/#comments

, le nombre de fois où j'ai dit j'arrête :-)

p.s : la dernière fois c'est le 4 décembre à Nancy et c'est pout toi Françoise que j'ai continuée, pour t'aider à lire les comportements humains et à en limiter les conséquences pour ta santé.

Écrit par : le Doc. | 07/10/2018

ERREUR :

, le 4 décembre à Orléans :-)

http://www.thiefaine.com/vendredi-2-octobre-2015-zenith-nancy-2/#comments

Écrit par : le Doc. | 07/10/2018

@ katell :

-----

" Je te cite " Merci pour ton commentaire, Doc ! Je voudrais bien que tu nous dises, tu sais... J'espère te voir prochainement.

Écrit par : Katell | 30/09/2018 "

-----

, mon sms d'avant-hier ( samedi 6/10 à 18 h 39' ) n'était que mon questionnement par un autre média en lien avec ton commentaire que je cite ci-dessus !...

… Si, comme je l'ai précisé à la Maison de la Poésie à Paris de vive voix, la musique d'HFT nous relie, celle-ci nous relie au sens freudien dans le cadre de la névrose-obsessionnelle ou plus exactement de la zwang-neurose.

… Ensuite tout n'est qu'individualité !...

Écrit par : le Doc. | 08/10/2018

, et d'individualité à individualisme il y a qu'un pas pour le commun.

Même si j'évolue au bord des précipices il n'y a que le trépas qui puisse m'y précipiter ou me le faire franchir !...

Oyé

Écrit par : Jean-Pierre Zéni | 08/10/2018

Écrire un commentaire