Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2018

Je me souviens...

"On me conseille un remontant, comme à une pendule. C'est d'un remonte-temps que j'aurais besoin". Claude ROY

 

 

Écouter « le souffle de l'instant et l'accélération du temps ». Se dire : « quatre semaines, déjà » et devenir, comme l'écrivait Prévert, une « machine à déplorer le temps ». Que reste-t-il de l'embrasement vécu il y a un mois ? À défaut d'exiger l'immortalité (puisque de toute façon nous ne l'obtiendrons pas), soufflons un peu sur les braises pour les faire rougir encore dans l'âtre. Si nous laissons nos souvenirs en plan, ils nous planteront eux aussi, et ne seront bientôt plus qu'une « vieille tache d'hémoglobine ». D'où le caractère précieux, urgent, de l'écriture. Ce serait comme un grand dédale dans lequel on se retrouverait. Je me suis longtemps demandé pourquoi, sacré nom de nom, je n'arrivais pas à écrire des romans. La réponse est évidente : c'est ce que je vis qui alimente mon écriture. Et non ce que je pourrais aller chercher dans une imagination qui, de toute façon, s'avère bien maigrelette. Les concerts de Thiéfaine, c'est du vécu puissance mille, ça fait danser l'aiguille sur le radar (ce n'est pas vous qui me contredirez, je crois), et c'est cela qui donne l'incandescence souhaitée à la forge de l'écriture. Pour moi en tout cas.

À la manière de Georges Perec, je me souviens. Je me souviens de l'émerveillement de la découverte, le jeudi 8 novembre de cette année. En quittant la maison, je n'avais pour toute richesse que ma folie, celle-là même qui, sans doute, m'a toujours sauvée et m'a empêchée d'être folle. Je n'avais plus quarante-cinq ans, mais moins, beaucoup moins, même si physiquement, cela ne se voyait pas. C'est ailleurs que se situe la jeunesse, n'est-ce pas, ou ce qu'il en reste. Ou ce que naïvement, on croit qu'il en reste, champions ès chimères que nous sommes tous à plus ou moins grande échelle. Moi, ma chimère, c'est ça : à chaque concert de Thiéfaine, je suis certaine de rajeunir. Et même d'être encore cette adolescente que tant de rêves faisaient frémir. En vrac, dans les rêves, il y avait la certitude de vivre mieux, plus fort, plus beau que mes parents, la conviction que j'avais d'immenses choses à découvrir et qu'elles m'attendaient quelque part en bons toutous dociles que je pourrais caresser tout mon soûl le moment venu. Et tant d'autres illusions pitoyables, du même stupide acabit. Bref, à chaque concert de Thiéfaine, une part de cette jeune fille tend une main secourable à l'adulte que je suis devenue. Et cela fait chaud, et cela fait tendresse dans un monde de brutes !

Je me souviens des beaux visages aperçus avant les concerts. Les rides devenaient soleils, les blessures trois fois rien. Je me souviens des ferveurs observées pendant les concerts. Il y avait dans la foule, à Paris comme à Metz et tout autant qu'à Dijon, des cœurs ouverts à tous les vents. C'est presque de l'ordre du mystique, je vous dis. Je me souviens des après : après le concert, après le merveilleux ouragan. À Metz, des visages encore éblouissants parce que de toute façon, on était nombreux à remettre cela le lendemain. À Paris, idem, même presque arrogance : on s'en foutait, même pas peur puisqu'on replongeait le lendemain soir à Dijon. Ben ouais quoi ! L'après-Dijon, en revanche, ça sentait quand même le moins bien. Même si on était encore fabuleusement bousculé par ce qui venait de se produire, même si on en avait plein les yeux et les oreilles et que cela coulait encore en perfusion et à profusion comme un doux nectar jusqu'au cœur.

Que reste-t-il maintenant ? Pour ma part, je dois avouer que ça y est, je frime nettement moins qu'au retour de Dijon. Si mon week-end de folie « sur un nuiteux cargo » a pu me porter pas mal de temps, je sens que la redescente a opéré sa sale petite danse cruelle. C'est fini d'attendre. C'est fini de vivre tout ça, l'émotion de l'avant, l'émotion du pendant, l'émotion de l'après. Si je n'y prends garde, cela va se perdre dans une bouillasse épaisse. Je veux revenir régulièrement au point brillant, à la torche vive. Parce que sinon le quotidien va massacrer tout ça. Vous connaissez les mots de Verlaine, « si ces hiers allaient manger nos beaux demains ? » Moi, ce qui me fait peur, c'est tout l'inverse : et si ces demains allaient manger nos beaux hiers ? Écrivons encore, si vous le voulez bien, sur cette mini-tournée, sur ce qu'elle a laissé en nous de flamboyances et de magie. Tenons-nous chaud en ces temps de désolation.

Les commentaires que vous avez laissés ici dernièrement m'ont portée longtemps, eux aussi. J'ai pas mal retourné dans ma tête les émotions décrites par les uns et les autres, ce splendide patchwork qui ne pourrait exister sans vous. J'ai beaucoup pensé à la fraîcheur de Luna, à celle de DemainLesKids. J'ai allumé en moi les mots de Fabrice D. (« à cinquante ans passés, je dois en grande partie à Thiéfaine ce que je suis devenu de mieux ») pour voir quel flambeau ils y planteraient. Et je me suis demandé si je pouvais me retourner le compliment, en quelque sorte. Est-ce que moi aussi, je dois à HFT une bonne part du meilleur de moi-même ? J'ai envie de répondre par l'affirmative. Je crois que si la jeune fille que je fus, toute frétillante lorsqu'elle tomba en arrêt devant la phrase qui devait changer miraculeusement sa vie*, du tout au tout, de fond en comble, de la cave au grenier et de A à Z, je crois que si cette jeune fille devait rencontrer l'adulte que je suis devenue (contre mon gré, mais devenue quand même), elle ne lui cracherait pas au visage. Elle reconnaîtrait sous ses rides un peu de la flamme qui fut la sienne, un peu de l'espérance qui la tenait debout, un peu de la folie qui la faisait vibrer et dont on lui disait qu'elle passerait avec l'âge. Elle verrait que finalement, non, pas tant que ça, ça n'est pas passé tant que ça.

Je me souviens d'un week-end d'étincelles, je me souviens qu'il y avait vraiment de quoi se la péter en se disant, jour après jour, du mercredi soir au samedi après-midi, « on the road again », et je refuse d'abandonner tout cela à la broyeuse du quotidien. Je me souviens qu'à chaque chanson que je découvrais à Metz je me disais « c'est pas vrai, il a pensé à la faire, celle-là ? Mais c'est formidable ! », je me souviens de l'incroyable mise en scène sur Maison Borniol et L'Agence des amants de madame Müller, je me souviens de ce truc en moi, au bord de l'explosion. À mi-chemin entre le fou rire, l'admiration béate et la sidération bouche bée. Je me souviens de m'être dit aussi que chaque chanson renfermait des pépites que je trimbale avec moi depuis des décennies, dans mon petit bréviaire personnel, un peu barge j'en conviens. Des phrases comme : « Monsieur le commissaire, j'ai ma névrose, mais monsieur le commissaire, qui n'a pas sa névrose ? », « C'est pas tous les jours facile de vivre en société quand on a un peu d'imagination », « Tu voudrais qu'il y ait des ascenseurs au fond des précipices » (celle-là, je la vénère, carrément), « Et je demanderai ta main pour la couper »**, « Je m'écraserai sur Oméga chez les clowns du monde inversé en suppliant Wakan-Tanka d'oublier de me réincarner », « Je me sens coupable d'avoir été dans une vie antérieure l'une de ces charmantes petites créatures que l'on rencontre au fond des bouteilles de mescal et d'en ressentir à tout jamais un sentiment mélancolique de paradis perdu », et tant d'autres mots encore, qui peuvent aider à avancer d'un jour à l'autre dans de meilleures conditions que celles qu'afficherait le compteur si tout cela n'était pas. Des mots qui clignotent pour éclairer un peu la route, la faire moins souillée, moins lugubre aux heures de peine.

 

* « Tu voudrais qu'il y ait des ascenseurs au fond des précipices » : la voilà, LA phrase !

 

** « Et je demanderai ta main pour la couper » : Quand j'étais jeune, j'affirmais à ma mère que Thiéfaine avait trouvé là une subtile manière de dire que le mariage était une amputation, et elle me regardait avec des yeux gros comme des balles de tennis, un brin décontenancée, elle qui croyait que sa fille, puisqu'elle lisait des poèmes et même en écrivait, était une indécrottable romantique devant l'éternel. Eh bien non, flûte, ce sacré Thiéfaine avait révélé autre chose, de plus compliqué, de plus difficile à cerner et de moins avouable : sa fille, c'était un mélange de romantisme et de trash et elle l'avait ignoré jusque là...

 

Commentaires

Vous aussi, dites-moi, si vous le voulez bien, où se logent vos "je me souviens", et sous quelle forme, maintenant qu'il est tard, maintenant que c'est fini. Vous aussi, racontez-moi votre bréviaire un peu barge, les mots d'HFT qui bleuissent la route, ou la balisent, ou je ne sais quoi d'autre !

Écrit par : Katell | 07/12/2018

, je reviens …

Écrit par : le Doc. | 07/12/2018

https://www.thiefaine.com/redoutable-le-duo-de-hft-sanson-en-ecoute/#comments

, j'ai commencé à faire du " Doc " en 1989 lorsque j'ai aidée une jeune femme qui avait alors 20 ans ceci à sa demande toutefois formulée et sollicité par un intermédiaire, ma fille ou mon Abeille.

… Un théoricien de mon " pathos ", à savoir les TOCs, où la partie émergée de "celui-ci " dit ceci : - la personne atteinte de TOCs répète au lieu de se souvenir - !...

… En ce qui concerne - mon aventure HFT - je n'ai pas répéter pour me souvenir car ayant quand même des centaines de concerts à mon actif, et malgré mes presque 70 piges au compteur (29/06/2019) : je me souviens.

… Je me rappelle un de mes premiers commentaires sur - Planète Thiéfaine - qui m'a valu les " foudres " des fans à tics et non à TOCs (quoique..) d'HFT :

Hubert = de l'humain, rien que de l'humain !...

… La première fois que j'ai parlé à Hubert il m'a dit ceci :

- ne me prend pas pour un gourou !!!

… Il n'y avait aucun risque car étant athée grâce à moi je n'avais nul besoin d'un autre Théo pour remplacer celui que l'on voulait m'imposer dans mon enfance.

, je t'ai lu Cath et je dis peut-être à un de ces jours dans notre région :-)

Pensées.

Jean-Pierre

JE ME SOUVIENS.

Écrit par : le Doc. | 07/12/2018

, je t'ai lue Cath et je te dis peut-être à un de ces jours dans notre région :-) x 2

Écrit par : le Doc. | 07/12/2018

Je t'ai lu moi aussi, Doc, et je serais ravie de te revoir, en Lorraine ou ailleurs !

Écrit par : Katell | 07/12/2018

22 mai ...2016, vous souvenez-vous? vous écriviez à propos du concert d' Yves Jamait à Ludres:
"En fait, je n’ai pas de mots pour raconter ce concert. Je crois qu’Yves Jamait sur scène, c’est tout simplement inénarrable, c’est à vivre et c’est tout !!".
Je rentre du concert de sa nouvelle tournée Parenthèse acoustique, il me semblait bien que vous aviez écrit quelque chose à propos d'Yves Jamait... Eh bien vous avez entièrement raison, c'est à vivre!
Yves Jamait présente toujours l'artiste qui assure sa première partie et chante Pas les mots: "La vie passe si vite qu'on en oublie parfois Qu'à preuve du contraire elle n'arrive qu'une fois..." en venant au contact de son public. Il est de retour à Ludres demain soir...à ne pas manquer!
Son nouvel album: MON TOTEM 2018.

Écrit par : isabelle | 08/12/2018

T'es vraiment douée, quel plaisir de te lire..
vivement la sortie du bluray live..
Je me souviens que les mots d'hier d'hubert sont des nouveaux mots aujourd'hui..
c'est cool avec le temps qui passe de découvrir d'une autre façon..
il est bientot minuit mais je fais bcp plus jeune, tu fais carrément pas ton age..

Écrit par : lefan | 08/12/2018

PS: à propos d'Yves Jamait (qui est à Ludres ce soir samedi 8 décembre je rappelle).
Hubert, après son burn-out, est remonté sur scène pour la première fois à la Commanderie (Dole) en invité, ami et voisin de... Yves Jamait!

Écrit par : isabelle | 08/12/2018

Merci à tous pour vos commentaires ! Lefan, merci pour les compliments, ils font du bien en cette période de disette littéraire ! J'ai beaucoup de mal à écrire et je ne le vis pas toujours très bien !!!
Isabelle, ah que c'est tentant ce concert de Jamait ! J'y pense depuis quelques jours. Je crois qu'il reste des billets. En tout cas, hier, il y en avait encore. Seul hic : Ludres, ce n'est pas tout près de chez moi et j'ai peur des blocages sur les routes. Je ne sais pas, je vais me renseigner. Mais il est vrai que Jamait sur scène, c'est toujours un événement ! Je l'ai vu plusieurs fois, il fait vraiment partie des artistes qui comptent pour moi.

Écrit par : Katell | 08/12/2018

C'est le jour de L'Immaculée Conception …

Écrit par : le Doc. | 08/12/2018

Bonsoir Katell, mon premier commentaire sur ce blog que je parcours depuis bien des années, mais moi j'suis timide...
J'étais à Montpellier le 18 novembre, maintenant je traîne sur le net à la recherche de quelques réminiscences de ces instants. Ce que tu as écrit exprime tellement ce que je ressens en ce moment, je n'ai pu résister. Les textes de Thiéfaine, c’est ma vie, enfin ma vie intérieure, mon refuge.
Moi aussi j’ai essayé de me tenir à l’écart des blogs et autres forum à partir du 12 octobre, j’ai tout de même vu fleurir quelques titres ça et là, mais ça n’a rendu que plus intense la fièvre résurrectionnelle qui s’emparait de moi, genre «ce soir je sors de mon blockhaus pour me parfumer à ta vague », redoutant en même temps quelque fâcheux incident qui aurait pu compromettre cette fête. Je retrouvais une force que je pensais avoir perdue depuis longtemps, une part de mon âme d’adolescente (moi qui ai passai les 55), j’étais au-dessus de tout, sorte d’élévation baudelairienne, je m’élançais « vers les champs lumineux et sereins ».
Enfin, ce 18 novembre aux alentours de 19h j’étais devant la scène, les orgues ont retenti, puis grondements de basses, vrombissements des guitares, et Hubert était là, 22 mai 1968…, jeu de scène sublime, j’ai tout de suite été emportée. Puis Stalag Tilt, avec cette ambiance sulfureuse que tu as a si bien décrite, Katell, ce rythme décalé propre à Alambic, ce « périmé » qui prenait des accents tragiques. Eloge de la tristesse que j’ai tellement écoutée, constats amères mais vérifiés : « l’amour s’use à la lumière », « la tristesse est la seule promesse que la vie tient toujours » qui me ramène à un interview d’Hubert où on lui parlait du bonheur, il a répondu que ça n’avait guère de sens et cité Ferré « c’est du chagrin qui se repose ». Les dingues et les paumés, la richesse de ses images, cette mélodie lancinante, c’est le titre qui des années plus tôt m’a fait plonger dans cette alchimie d’images, comme aussi Exil sur Planète fantôme.
Dans ce concert j’ai retrouvé tellement de morceaux qui ont marqué ma vie, qui sont au fond de moi : Critique du chapitre 3 et les plaintes du violoncelle, « les vaccins de la vie sur les bleus de nos cœurs ont la mélancolie des sols bémols mineurs », « qu’est-ce que la planète terre aux yeux d’un rat maudit », Confessions d’un never been : « Je rêve d’être flambé au-dessus du Vésuve et me défonce au gaz échappé d’un diesel », toute ma vie est dans ces vers. Mathématiques souterraines et ses « ascenseurs au fond des précipices », reprise du refrain en essayant de ne pas s’embrouiller. Moment fort avec Un vendredi 13 à 5h, cet improbable au-delà, la rythmique Mairet, ponctuée de gémissements de saxo, la force du « couché mon âme ». Mention spéciale pour L’agence des Amants de Madame Müller, ce fut grandiose, Hubert s’est vraiment lâché sur la pantomime, et Lucas jonglait entre guitare et percus. Beaucoup d’émotion avec La dèche le twist et le reste, Automne à Tanger, Je t’en remets au vent, des personnes au premier rang ont allumé des briquets, retour vers les années 80... Puis retrouver l’Ascenseur de 22h43 qui m’a transportée vers mes années lycée, où sur les tables était gravé « si ça continue faudra que ça cesse » et autres morceaux d’anthologie de Tout corps branché sur le secteur…. Enfermé dans les cabinets fut une surprise, je ne l’avais pas écoutée depuis longtemps mais me suis laissée emportée par le rythme trépidant, ça a cartonné. Exercice de simple provocation titre culte qui m’a bluffée la première fois où je l’ai écoutée, explosion d’acrobaties verbales, indignation dérisoire et résignée, forme d’inespoir, déjà : « Je me sens coupable d’avoir commencé d’arrêter de respirer alors qu’il y a quelques 6 milliards de joyeux fêtards crapoteux qui continuent de se battre entre eux et de s’accrocher à leur triste petite part de néant cafardeux ». Heureuse aussi d’écouter Toboggan en live, un de mes préférés sur Stratégie de l’inespoir. Les classiques, Alligators, Sweet amanite, Soleil et Lorelei ont gardé toute leur puissance et en particulier Lorelei dans un arrangement plus proche de la version originale (après l’adaptation surprenante du VIXI tour). Et dans l’ensemble, pour chaque titre, j’ai eu l’impression de retrouver l’ambiance que je connaissais, bravo à Hubert et toute l’équipe.
Les adieux des musiciens et techniciens ont donné lieu à beaucoup d’accolades et embrassades, que Hubert a commenté : adieux de fin de tournée (je n’ai plus les mots exacts). Et derniers déchaînements sur Dernière station avant l’autoroute, bien trouvée pour la sortie, mais un peu courte.
J’en ai sans doute oublié, ce commentaire est déjà bien long... Et dernier point qui me fait mal rien qu’à l’évoquer, l’incident fâcheux s’est bien produit, c’était moi, qui ai défailli pendant le concert et ait été emmenée à l’infirmerie pendant Le jeu de la folie. Les infirmiers ont tardé à me lâcher (on me ramène à l’asile après avis d’internement) et mon âme s’est déchirée, j’ai quand même pu revenir pour la fin de Critique du Chapitre 3, ça m'a repris un peu plus tard et j'ai aussi loupé Maison Borniol... Mais les instants que j’ai vécu devant la scène sont tellement forts que je ne regrette pas d’avoir réservé en fosse.
Pendant quelques jours j’ai gardé cette force, cette jeunesse en moi, mais maintenant les souvenirs commencent à s’estomper, les regrets tels des monstres, crient trop près de la sortie et mes aéroports se transforment en bunker. J’ai commis l’erreur de ne réserver qu’une date, la dernière de surcroît, sans quoi je me serais précipitée dans la première billetterie pour la prochaine, voire toutes les prochaines dates quitte à traverser la France. Maintenant mon cas est périmé.
Et je retourne à ma fenêtre sur désert, dans les eaux noires d’un lit glacé.
Alors merci Katell pour nous faire revivre encore un peu de cette magie….

Écrit par : Sylvia | 08/12/2018

Savez-vous que vous me mettez souvent les larmes aux yeux, tous, avec vos commentaires si empreints d'émotion ?! Merci beaucoup, Sylvia, pour tout ce que ta belle plume a insufflé à ton commentaire. C'est formidable d'être sortie de ta timidité, et je t'en remercie. En te lisant, je me suis dit que j'avais oublié de mentionner bien des choses dans mes différentes notes. Il y avait tellement de trucs dingues, merveilleux, inattendus sur cette tournée qu'il est difficile d'en parler de manière exhaustive ! Pour moi aussi, HFT, c'est une grande partie de ma vie (réelle, intérieure, rêvée !!). Ses chansons sont tellement liées à mon histoire à présent, c'est inimaginable... Cette tournée nous a permis, il est vrai, de retrouver quelque chose des années 80. Les briquets dans la foule (il y en a eu aussi à Dijon ou à Paris, ou les deux, je me mélange les pinceaux), les titres choisis pour cette tournée d'anniversaire : il y avait de quoi replonger dans une époque révolue. Je ne pensais pas qu'un jour écouter Thiéfaine me rappellerait autant ma mère. Pourtant, elle n'appréciait pas plus que ça son univers. De tout son répertoire, elle n'avait adopté que "Je t'en remets au vent" (et donc, cette chanson me fait systématiquement pleurer à présent). Elle avait enregistré ce titre sur une cassette et elle l'écoutait en boucle parfois. Je me souviens de la moindre de ses réactions à l'écoute de tel ou tel morceau, je me souviens que "L'Agence des amants de madame Müller" la faisait beaucoup rire car nous connaissions une madame Müller pas loin de chez nous. C'était la boulangère de la petite commune d'à côté. Quand ma mère la voyait, elle ne manquait pas de me glisser à l'oreille, juste après ou juste avant : "Je ne suis pas le mari de madame Müller" ! Et d'ajouter bien souvent : "Tout de même, je ne la vois plus de la même manière, madame Müller, maintenant que je sais qu'elle a une liste d'amants longue comme le bras" ! Ma mère était née en 1948, comme Thiéfaine, et quelque part, ça la flattait de voir que j'écoutais un "vieux" de son âge ! Bref, il faut que j'arrête de parler de tout cela, ça remue, ça remue... Bon courage, en tout cas, chère Sylvia, pour affronter la fenêtre sur désert et tout le toutim. Nous sommes tous dans la même galère !
@Isabelle : merci d'avoir évoqué Yves Jamait dans plusieurs commentaires postés au bas de cette note. C'est ce qui m'a décidée à aller le voir ce soir. Eh oui, ça y est, j'ai mon billet !
@Doc : ce n'est pas plutôt le jour de l'immatriculée contraception ?!!

Écrit par : Katell | 08/12/2018

@ katell : juste un autre clin d'œil pour la date du 8 à METZ où nous nous sommes hélas que croisés, toutefois aujourd'hui est de la date calendaire dite de - L'immaculée conception -

:-)

p.s :

° je vais relire le commentaire de Sylvia ..

° j'étais à Montpellier (concert d'anthologie..) pour mon TOTEM "restreint ", mon TOTEM " élargi " est l'humain ce qui m'a conduit en psychiatrie où j'y ai joué le reste de ma vie et ce pour mon ABEILLE. Aucun regret, j'ai donné la vie alors je m'essaie chaque que je fais à maintenir la mienne pour accompagner la sienne le plus loin possible !...

° A Lille je disais à FRANCINE NICOLAS que j'envisageais à court terme de me faire euthanasier en Belgique, Hubert m'a écouté et puis m'a dit ceci :

- patiente Doc, on y arrive !...

(Hubert est de 48 et moi de 49) (après j.c)

:-)

Écrit par : le Doc. | 08/12/2018

@ katell :

, je me doutais que tu y irais voir Yves Jamait :-)

p.s : on se connait un peu ..

Écrit par : le Doc. | 08/12/2018

Moi aussi je savais que vous iriez voir Yves Jamait ! Et si vous nous écrivez un billet ce sera magnifique ! Très très bonne soirée !

Écrit par : isabelle | 08/12/2018

, ne jamais dire jamait :

http://cabaretsaintelilith.hautetfort.com/archive/2008/10/19/le-beau-jamait-nouveau-est-arrive.html


, …

Écrit par : le Doc. | 09/12/2018

Très bon concert, vivant, vibrant, étincelant ! Je verrai si je parviens à écrire un billet sur cette soirée magique.

Écrit par : Katell | 09/12/2018

Je me souviens... Je me souviens quelques semaines avant le grand jour l'artiste tournant le dos sur les affiches placardées sur les murs de la capitale, barrées d'un bandeau "complet"... Le jour J enfin venu, je me souviens d'une salle pleine à craquer, enfumée et de 17 000 personnes surexcitées scandant "Hubert, Hubert!!!" plus d'une heure avant le show, à en faire trembler les murs du palais... Je me souviens qu'à l'époque il n'était pas question de première partie pour faire patienter la foule, elle ne voulait rien d'autres que son idole... Je me souviens d'une clameur, digne du rugissement des lions, à l'heure où la salle fut plongée dans le noir, de quelques grincements de cordes, de colonnes antiques s'illuminant et d'un Hubert entrant sur scène, aussi motivée que déboussolé, quand 17 000 personnes se mirent à hurler à tue-tête "j'arriverai par l'ascenseur de22h43"!...
Je me souviens d'un concert qui a duré plus de 3 heures et qui pourtant n'a semblé durer que quelques minutes... de Hubert présentant un ami de 30 ans avec qui il s'était plusieurs fois enguellé et espérer qu'ils ne s'enguelleraient pas durant les 3 minutes 14 que dure la chanson, Narcisse grandiose! Je me souviens de 17 000 personnes se levant comme un seul homme aux premières notes de la cancoillotte... Je me souviens d'engouement, de rock, de ferveur, de sueur, d'amanite phalloïde, de droïd, d'orphée et Eurydice, de borniol ou de was ist das attitude, de Hubert bravant la foule, et d'une fille de coupeur de joint jouant les prolongations... je me souviens que depuis ce concert, l'album live qui a suivi a résonné des milliers de fois dans mon antre... je me souviens que c'était un vendredi 11 décembre et que cela fait déjà 20 ans...

Écrit par : Ignatius | 11/12/2018

@ Ignatius :

, la nostalgie n'est pas une maladie honteuse ;-)

… J'en fus aussi et j'en était encore ce 9 décembre car ma motivation est sous-tendue dans l'œuvre d'Hubert-Félix Thiéfaine, elle l'est toujours et l'a toujours été, au-delà même dans son approche qualifiée par certains de commerciale ou autre.

… La vie s'écoule et à chacun la légitimité de la résolution de son équation : Pp/pr !...

… Une question me taraude alors je la pose :

- pourquoi certaines et certains ont-elles ou ont-ils un tel souci de la jauge ?...

, il y était et j'y étais, enfin nous en étions et c'est cela qui était important pour moi !... alors 2 + 16998 ou ' 2 + 11998 selon une amie ' ?...

Jean-Pierre Zéni dit le Doc. ( je suis Es'Toqués et non schizophrène pathologique .. )

Écrit par : le Doc. | 11/12/2018

Merci Katell pour ce souvenir sur ta mère, c'est déjà une belle réussite d'avoir partagé un peu de l'univers thiéfainesque avec elle, et cette complicité autour de Mme Mueller... J'aurais aimé le partager d'avantage avec mes enfants, mais j'ai tendance à l'écouter plutôt en solitaire, aussi j'ai été étonnée que ma fille (17 ans dans 2 semaines) ait souhaité m'accompagner le 18 novembre, sans que je le lui demande, elle qui ne connaissait à peu près que "Confessions d'un never been" que j'écoutais en boucle en voiture pendant sa petite enfance, et elle a été géniale, a chanté, dansé, crié, magnifique concert apothéose, en compagnie de mon Septembre rose (enfin plutôt Decembre rose).

Écrit par : Sylvia | 15/12/2018

Bonjour tout le monde,
Quelles belles interventions ...si Hubert mérite ce public la réciproque est valable aussi ! Et en attendant de retrouver un jour quelque inspiration pour témoigner de mon attachement toujours renouvelé à HFT j'ose vous déposer un petit poeme sans prétention datant un peu mais dont le ton presque exalté reste d'actualité par une ferveur jamais démentie.
Ecrit en soulagement d'une absence qui se perennisait alors que Hubert en crise "n'avait plus rien à exposer dans la galerie des sentiments".
Amitiés.

Reviens anéantir cette puérile fébrilité
Qui croit à l'aune de mon impatience
Et livre moi ton rock truffé de références
Qui bannit de mes quetes littéraires la cécité

Reviens en un tonitruant come back
flanqué d'un album démoniaque
où les ellipses foudroyantes de tes vers
Nimberont d'horizons sublimes mon esprit pervers

Reviens combler ce vide artisitique
où les déflorations ne sont pas légions
et que reviennent les trublions
qui osent des scandales mélancoliques

Reviens célébrer de tes chants surréalistes
Cette poésie qui embellit nos visions défaitistes
loin des médias,tout prés de notre bienveillance
Révolte en bandouliere et poésie dans les stances

Reviens défier ce réel miteux
A coups de refrains capiteux
et provoquer par ton ésthétisme vénéneux
Cette vie inondée d'univers pluvieux

Reviens vite arpenter nos scenes
où tu verras refleurir cette gratitude infinie
D'un public amoureux de tes peines
et de ton oeuvre à jamais rajeunie

Écrit par : fabrice D. | 15/12/2018

Merci pour vos si beaux souvenirs, sous forme de poèmes ou autres. Je me retrouve dans chacun de vos mots. Ignatius, évoquer Bercy 1998, quelle belle idée ! Le regret de ma vie, comme je l'ai déjà écrit mille fois ici (on est trop sérieux quand on a vingt-cinq ans, heureusement que la vie qui passe nous rend plus frivoles par certains aspects !!!). Fabrice D., tu as une belle plume, vraiment. Bon dimanche à tous !

Écrit par : Katell | 16/12/2018

Écrire un commentaire