Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2019

Bluesymental tour ... de force !

"Si vous vivez, vous perdez. Il n'y a pas moyen de faire autrement". Christian BOBIN

 

Donc, j'ai une platine. Achetée l'année dernière à Noël, rien que pour accompagner un autre achat : celui du coffret de vinyles spécial 40 ans !

Ah, les vinyles, toute une page de poésie ! À ne manipuler qu'avec des précautions de dentellière effarouchée. On sort l'objet de son écrin, on le pose délicatement sur la platine, on lance le tout et c'est parti pour une série de grésillements d'une autre époque. Puis, une fois les grésillements passés, on embarque pour un son d'une pureté absolue, propre à décoiffer les oreilles ! C'est que ça a de la gueule, quand même !

Dans le coffret spécial 40 ans, le disque que j'aime le plus est celui du Bluesymental tour. Pour plusieurs raisons que je vais tenter de détailler ici. La toute première, c'est qu'on n'avait jusque là, comme souvenir de cette tournée, qu'une vidéo qui n'est elle-même plus qu'un souvenir ! On ne peut plus la regarder nulle part, à moins d'avoir encore un magnétoscope, ce qui est loin d'être le cas de tous !

 

Regardons le vinyle de plus près : la pochette est très belle. J'ai toujours aimé la photo de couverture, montrant un Hubert à l'air accablé, dont la tête, emplie sans doute de douloureuses visions, a besoin d'une main pour la soutenir en ses tristes divagations. Version « et moi je n'irai pas plus loin »... Quand on ouvre le vinyle, on tombe sur une double « page » présentant divers articles de journaux publiés à l'époque de la tournée. On découvre, sur les photos, un Thiéfaine aux yeux vert-de-gris, hallucinés. C'est un regard qu'on lui connaît bien et qui le montre habité par ce qu'il chante. Les articles de journaux ont, pour la plupart, des titres savoureux : « le poète aux santiags de vent », « une tranche de bonheur bien saignante », « Thiéfaine : ascenseur pour le ciel », « la poésie urbaine d'Hubert-Félix Thiéfaine », « bourlingue du poète moderne ».

Replaçons les choses dans leur contexte. Nous sommes au Transbordeur, à Lyon, le 13 février 1991. Encore en pleine guerre du Golfe, et on ne sait pas comment ça va tourner. Avant d'interpréter Les dingues et les paumés, Hubert envoie ces mots : « Ça va ? Vous flippez pas trop avec cette putain d'histoire de merde de guerre ? Un petit peu... Avec le genre de textes que j'écris, je vous promets pas de vous faire oublier tout ça, ni de vous rassurer ». Santiags de vent, oui, mais pas bottes de sept lieues qui permettraient de fuir le monde à toute vitesse. Hubert est perpétuellement ancré dans son époque, souvent à son grand dam, d'ailleurs ! Parenthèse à ce sujet : 27 ans plus tard, lors de la tournée des 40 ans, il parlera des temps de désolation qui courent sur la planète, et nous proposera une chanson pour nous remonter le moral : Éloge de la tristesse. Une fois encore, admirez la subtile ironie.

Qu'est-ce qui fait que le poète jurassien peut nous parler des pires choses sans pour autant bousiller notre foi en la vie ? Je dirais même qu'il la raffermit, pas vous ? Pour ma part, je crois que Thiéfaine agit sur moi comme Gary ou comme Cioran : en grand consolateur. À force d'être au plus loin de la franche rigolade, on tombe pile dedans ! Et puis, il y a aussi, régulièrement, cette distance ironique et bienfaisante sur toutes choses, qui produit son petit effet de recul. Puisque nous ne sommes pas là pour nous amuser, amusons-nous tout de même !

1991 : je n'ai pas encore découvert l'ovni Hubert. La soucoupe ne s'est pas encore posée dans mon histoire. Elle est en route, prête à en découdre avec toutes les intempéries. Elle atterrira dix-neuf mois plus tard. Et je reconnaîtrai en HFT un frère, un compagnon d'infortune, enfin je ne sais pas trop comment le définir : en tout cas quelqu'un qui aide à rendre le chemin moins obscur. C'est inestimable aubaine. Je mesure chaque jour, plus que « le temps qui nous apoplexise », la chance qui est la mienne, honnêtement, parce que je me sens accompagnée en mes errances. Ce n'est pas rien. Bref...

Il y a aussi, sur le Bluesymental tour, cette intro qui déchire et s'empale sur de merveilleux vertiges. Quelques accords plus tard, nous voilà bazardés dans cité X et plus précisément encore dans la chambre au ventilateur. Et cela m'évoque une lourde canicule, non seulement météorologique, mais aussi et surtout corporelle !

À la prochaine tournée, celle qui suivra la sortie de Fragments d'hébétude, je m'accrocherai au wagon, et solidement, mon gars ! Sans savoir que des wagons, il y en aura une joyeuse ribambelle. Jusqu'à plus soif, dirais-je, si cette soif-là devait connaître une fin (mais ce n'est pas le cas)...

Commentaires

Sur cette tournée bluesymental , j'avais vu HFT en banlieue parisienne, dans la salle de théâtre de Maisons-Alfort. Il y avait une telle proximité avec l'artiste , au pied de la scène où je m'abreuvai de ses postillons. Je me souviens du décor et du brasero allumé ( en faux) et de la chute d'Hubert , s'étalant de tout son long après s'être pris les pieds dans le fil de son micro ( à l'époque, les micros étaient reliés aux enceintes par de longs fils ) dans l'étroitesse de cette scène et lui se relevant, comme si de rien , en levant les bras au ciel comme un cycliste vainqueur d'étape. A l'époque, il ne terminait pas ses concerts sur la fille et ça c'était bien. Je me rappelle aussi qu'il avait chanté Dies Olé Sparadrap Joey , une pépite très rare en live: "si un jour je retrouve la mémoire
& deux-trois bières pour ma moquette
je balancerai à la série noire
un truc à faire chialer Hammett"
Tout est dit.

Écrit par : rené force 4 | 23/12/2019

J'y étais à ce concert, le premier d'HFT.

J'étais en 4ème...

Écrit par : PK | 24/12/2019

Moi aussi j'y étais. Pontoise, le 5 avril, Hubert a fait une entrée sur scène mémorable "au sortir des toilettes" qui composaient le décor. C'était drôle ! Un très bon souvenir ce concert ! Nous étions quelques amis enthousiastes conscients de passer une très belle soirée. Je viens de m'offrir le coffret et j'ai découvert le live de la tournée bluesymental. Pas fini de re-découvrir les subtilités des chansons de ce bel album Chroniques bluesymentales (sur la pochette on dirait Hubert pris dans une tornade).
"un camion passe sur la rocade & le vent du nord se réveille mais faut pas rêver d'une tornade ici les jours sont tous pareils"

Écrit par : isabelle | 25/12/2019

' La pensée d'un Homme* est avant tout sa nostalgie.

Albert CAMUS '

* le h majuscule car la femme et l'homme ne le sont pas moins.


, ce n'est pas ma nostalgie qui m'a conduit au Cabaret à cet instant !...

:-)

, …

Écrit par : le Doc. | 25/12/2019

Toutefois :

https://www.thiefaine.com/livre-dor/

, …

Écrit par : le Doc. et Jean-Pierre Zéni | 01/01/2020

.

https://www.thiefaine.com/livre-dor/

.

Écrit par : le Doc. et Jean-Pierre Zéni | 02/01/2020

Bonjour et merci une fois de plus pour ces mots si justes. "Raffermit" oui, revigore, botte le c.... même.... Je crois qu'on s'était mises d'accord, il y a quelques textes de cela, sur "il nous emmène là où nous ne voulons pas aller"...
C'est juste ce qui m'est arrivé avec Maison Borniol, que je n'ai pas entendue au concert à Bulle car il ne l'a pas chantée (j'hésite à dire : jouée car c'est un peu du théâtre), et que je connaissais mal... en fait je n'étais pas attirée par ce titre, et puis ce matin je me lance, hop, et me voici morte de rire au petit-déj, sur les paroles "15% de remise sur les suicides collectifs".... Moi qui avais encore en tête ma propre visite aux pompes funèbres pour le décès de ma mère il y a deux ans, quel bien cela m'a fait de rire de tout cela, les croques-mort et leur cynisme...
Je vais m'attaquer à Bluesymental tour, donc, c'est au programme ! Juste 6 mois que j'ai été percutée par HFT, je bosse mais il y a de la matière.... Bon début d'année à vous !

Écrit par : Delphine | 06/01/2020

Bonjour et merci une fois de plus pour ces mots si justes. "Raffermit" oui, revigore, botte le c.... même.... Je crois qu'on s'était mises d'accord, il y a quelques textes de cela, sur "il nous emmène là où nous ne voulons pas aller"...
C'est juste ce qui m'est arrivé avec Maison Borniol, que je n'ai pas entendue au concert à Bulle car il ne l'a pas chantée (j'hésite à dire : jouée car c'est un peu du théâtre), et que je connaissais mal... en fait je n'étais pas attirée par ce titre, et puis ce matin je me lance, hop, et me voici morte de rire au petit-déj, sur les paroles "15% de remise sur les suicides collectifs".... Moi qui avais encore en tête ma propre visite aux pompes funèbres pour le décès de ma mère il y a deux ans, quel bien cela m'a fait de rire de tout cela, les croques-mort et leur cynisme...
Je vais m'attaquer à Bluesymental tour, donc, c'est au programme ! Juste 6 mois que j'ai été percutée par HFT, je bosse mais il y a de la matière.... Bon début d'année à vous !

Écrit par : Delphine | 06/01/2020

, au-delà de .. :

https://www.thiefaine.com/livre-dor/

, …

Écrit par : Jean-Pierre Zéni dit le Doc. | 07/01/2020

@ toutes & tous :

… En cette nouvelle année je vous souhaite à - TOUTES & TOUS - de sortir de vos nombrils souffrants ou délirants , en ce qui me concerne en venant à cet instant sur le Blog de Catherine je continue le travaille qui est le mien tous les jours que je fais ( et non un pseudos créateur .. , mes créateurs se sont mes parents .. ) à me sortir du mien !...

, Mes meilleurs Vœux à TOUTES & TOUS pour une autre humanité !...

p.s : on peut ' UTOPIER ' !...

Écrit par : Jean-Pierre / le Doc. | 08/01/2020

Bonsoir et bonne année à tous, du Thiéfaine plein les oreilles et les neurones !

Je ne sais plus si ce lien a déjà été transmis.
L'émission a été rediffusée pendant les fêtes.

https://www.franceinter.fr/emissions/co2-mon-amour/co2-mon-amour-29-decembre-2019

Écrit par : CélineCapucine | 11/01/2020

@ CélineCapucine :

, merci pour ce lien.

… Cependant en 2020 je me souhaite surtout moins de Xanax dans les fentes synaptiques de mes neurones.

… Mon dernier message a été rédigé sous ' BAD TRIP ' ou Xanax + alcool tous 2 à hautes doses. Alors en le relisant je le trouve agressif et ce n'était son but !...

:-) à toutes & tous ..

Écrit par : le Doc. | 12/01/2020

La voix chaude d’Hubert bercée par les chants d’oiseaux et le bruit de l’eau des rus... quelle caresse !

Écrit par : Bételgeuse | 12/01/2020

En effet cette ballade en forêt de Chaux avec Hubert, que du bonheur ! et plein de passages intéressants, il est plus détendu que lors d'une interview normale, c'est vraiment super.

Écrit par : Delphine | 13/01/2020

En effet cette ballade en forêt de Chaux avec Hubert, que du bonheur ! et plein de passages intéressants, il est plus détendu que lors d'une interview normale, c'est vraiment super.

Écrit par : Delphine | 13/01/2020

Toutefois :

http://le-monde-de-lucha.over-blog.com/article-34319285.html

, …


, …

Écrit par : le Doc. / Jean-Pierre Zéni | 15/01/2020

Mais encore ou spécial dédicace pour CéCa :

https://www.youtube.com/watch?v=E4Ab3vMIidc

, la première fois où Hubert et moi nous nous sommes parlés ( ou le 20/06/1998), il m'a dit en substance ceci et je lui ai répondu cela :

- HFT : ne me prend pas pour un gourou.

- LD/JPZ : aucun risque je suis athée !

p.s : Hubert a écouter & et à réécouter mais sans saturation des écoutilles pour une autre écoute !...

, …

Écrit par : Jean-Pierre Zéni dit le Doc. | 15/01/2020

Pour ceux qui veulent voir à quoi ça ressemble le "Bluesymental Tour" c'est par là:

https://www.youtube.com/watch?v=ufOd21KFQRk

Et pour ceux qui veulent revivre un concert intégral de cette tournée, une pépite enregistrée à Brest:

https://www.youtube.com/watch?v=UgCbUb8FpHc
https://www.youtube.com/watch?v=CuDenhYmtOI

En fouillant un peu sur Youtube le concert de Maison-Alfort est dispo aussi.
Pour ma part c'est une tournée que j'adore dans le choix et l'interprétation des titres. Je regrette que Hubert ne fasse pas plus souvent des chansons de l'album "chroniques bluesymentales" sur scène, car il n'y a pas que "un automne à Tanger" de bon dans cette cuvée. Perso j'affectionne particulièrement "zoo, zumain, zébu"; "542 lunes" ou "portrait de femme" (titre qu'il avait interprété au début du VIXI Tour pour clore ces concerts d'ailleurs, mais ça n'avait pas duré longtemps...Très bon souvenir de la 1ère à Reims)

Écrit par : Ignatius | 01/02/2020

Pour ceux qui veulent voir à quoi ça ressemble le "Bluesymental Tour" c'est par là:

https://www.youtube.com/watch?v=ufOd21KFQRk

Et pour ceux qui veulent revivre un concert intégral de cette tournée, une pépite enregistrée à Brest:

https://www.youtube.com/watch?v=UgCbUb8FpHc
https://www.youtube.com/watch?v=CuDenhYmtOI

En fouillant un peu sur Youtube le concert de Maison-Alfort est dispo aussi.
Pour ma part c'est une tournée que j'adore dans le choix et l'interprétation des titres. Je regrette que Hubert ne fasse pas plus souvent des chansons de l'album "chroniques bluesymentales" sur scène, car il n'y a pas que "un automne à Tanger" de bon dans cette cuvée. Perso j'affectionne particulièrement "zoo, zumain, zébu"; "542 lunes" ou "portrait de femme" (titre qu'il avait interprété au début du VIXI Tour pour clore ces concerts d'ailleurs, mais ça n'avait pas duré longtemps...Très bon souvenir de la 1ère à Reims)

Écrit par : Ignatius | 01/02/2020

Tout à fait d'accord avec toi, Ignatius : il n'y a pas qu'Un automne à Tanger qui soit bon sur ce que tu appelles la cuvée Chroniques bluesymentales. Pour ma part, je rêverais de réentendre 542 lunes et sept jours environ sur scène !

Écrit par : Katell | 09/02/2020

Écrire un commentaire