Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2021

"Les cinémas sont fermés, c'est la grève des clowns"...

"Embrasser quelqu'un, pas essentiel

Ouvrir un bouquin, pas essentiel

Sourire sincère, pas essentiel

Aller aux concerts, pas essentiel". Grand Corps Malade

 

« En l'an 2000, plus de musique », chantait Ferré. Ajoutant « et pourtant, c'était beau »... En l'an 2020, et peut-être même en l'an 2021, plus de concerts. Pourtant, c'était beau aussi, n'est-ce pas, toutes ces âmes en fusion jetées dans la même fournaise, ces moments de grâce où l'artiste arrivait sur scène, sa seule ombre entraperçue déclenchant un tonnerre d'applaudissements ? Que c'est loin, tout cela ! On a l'impression de l'avoir vécu dans une autre vie, et presque même sur une autre planète. Souvent, on ferme les yeux et on y pense. La chaleur des salles de concert nous remonte soudain comme un paradis perdu. C'était une telle évidence, il y a un an encore, qu'on ne savait pas quelle était notre sublime chance. Dernier concert pour moi : celui de la Grande Sophie à Montigny-lès-Metz, en février 2020. Et puis les lumières se sont rallumées violemment sur un public qui ignorait encore, et heureusement, que quelques semaines plus tard, il serait confiné, le regard vide, ne comprenant pas ce qui lui tombait sur le coin du nez... Pour sortir de chez soi, remplir d'abord soigneusement une attestation. D'aucuns, devant la paperasse, préfèreraient encore se terrer « plutôt que d'avoir à utiliser leurs formulaires d'autorisation de délirer »...

En mars 2020, je devais voir, pour la première fois de ma vie, Charlélie Couture. Je m'en faisais à l'avance une fête. Ce n'était pas la peine de sortir comme ça le grand jeu de l'espérance et de la joie. De fête il n'y eut point. Le concert fut d'abord remis au mois de juin, puis aux calendes grecques. Mauvais signe. Celles-là, on sait très bien ce qu'elles valent. Elles disent, avec un petit air goguenard qui donnerait envie de les cogner : que nenni, que dalle, bernique, saint Glinglin. Je ne sais pas si je verrai un jour Charlélie Couture sur scène, mais je continue à l'espérer. Parce que la vie sans espoir, c'est tout simplement la merde, non ? Je continue également à espérer que cette année 2021 fera jaillir un brasier devant nos yeux ébahis. Le brasier étant, je ne vous le cache pas, un nouvel album d'Hubert. Oh, je n'irai pas jusqu'à exiger une tournée dans la foulée, non. Je saurai être patiente. Rien qu'un « petit » album me contenterait. La tournée, je la verrais bien démarrer tranquillement en 2022. Au printemps, tiens, quand le macadam transpire et invite à toutes sortes de beaux dérapages. Il est permis de rêver. Ne plus rêver, c'est trop triste, c'est s'enterrer vivant dans sa névrose, voire sa nécrose.

Mais revenons à notre sujet : ce matin, je fredonnais La vierge au dodge 51. En chantant « les cinémas sont fermés, c'est la grève des clowns, alors je reste à la fenêtre à regarder passer les camions militaires », je suis tombée en arrêt. Une fois encore, Hubert a tapé dans le mille. Cinémas fermés, grève des clowns, camions militaires, cela ne vous rappellerait pas une certaine ambiance ? Je vous entends vous exclamer : « Mais oui ! Mais c'est bien sûr ! ». On peut parfois se demander où Hubert va chercher ses idées (saugrenues à souhait, ce qui me les rend d'autant plus sympathiques). Réponse : pas ailleurs que dans la réalité. Parfois, simplement, il la devance, cette réalité, on ne sait pas trop comment. Sans doute par ce tour de passe-passe offert régulièrement aux artistes, et qui les rend visionnaires là où nous restons simplement aveugles. Cf. : « En l'an 2000, plus de musique. Et pourtant, c'était beau »...

En écrivant tout cela, je mesure une fois encore le rôle que jouent pour moi les artistes. Ne sont-ils pas ceux qui nous rendent la vie plus douce, ceux qui nous donnent des raisons de continuer à la vivre même quand elle nous fâche horriblement ? Ils sont de ceux qui enchantent le quotidien. Pas envie de te lever le matin ? Écoute un peu de musique, cela te réconciliera avec ton sort. Pas de perspective ? Mais si, mais si, pense donc à ce concert qui va venir bientôt... Bientôt ? Si seulement ! Il paraît que pas très loin de chez nous, un concert a eu lieu avec masques et tutti quanti, respect des gestes barrières en veux-tu en voilà, et qu'aucune contamination n'est à déplorer à ce jour. Alors, on en conclut quoi ? Que la culture sous toutes ses formes ou presque doit rester reléguée au rayon des non-essentiels ? Je suis désolée, je vais peut-être vous choquer, mais pour moi la culture, c'est ESSENTIEL. Les artistes sont essentiels dans ma vie, mais pas seulement. Ils le sont dans la société entière. Pour jeter des pavés dans la mare, pour donner des coups de poing aux consciences que le sommeil menace, pour que la médiocratie-médiacrité ne gangrène pas tout le système jusque dans les moindres interstices. Ferré (encore lui) chantait « poètes, vos papiers ! », j'ai envie de dire aujourd'hui : « poètes, à vos papiers, à vos pupitres ! ». Allez Hubert, sors-nous-le, cet album qui aura une ambiance de fin du monde et qui nous rappellera étrangement quelque chose... Mais quoi donc ?

Commentaires

Salut Katell, salut tout le monde

"En l'An 2000, plus d'musique !". Ferré à l'intro, super !
J'aime vraiment ta façon d'agrémenter, d'ornementer tes textes, Katell. Mais tu le sais :-)
Je sais (je sens) que tu prends le temps de les penser. Et toujours, le ton juste. La citation idoine. Au bon moment. Essaye de pondre un commentaire qui tienne la route après ça !

Pour rejoindre ton propos (et non, tu ne nous choques pas), la culture est essentielle. Tous ici en sommes convaincus. Que serions-nous sans ces pansements ? Morose ? bluesy ? Musique. Un(e) autre pensera pour toi. Heureux ? Amoureux ? Un(e) autre nouera une bande-son à ton chagrin qui s'repose (oui, ben, moi aussi, j'essaye de placer du Léo, non mais ! Bon, d'accord, là, j'y vais avec mes gros sabots).

Quand tu cites "La vierge au Dodge 51" et le fait que les textes d'Hubert trouvent un écho dans l'actualité (Alligator 427, Quand la banlieue, ...), je repense à cette interview que j'ai revu (billet précédent) où HFT parlait de son angoisse de l'avenir au sujet des hordes façon Mad Max parcourant les campagnes... Glups...

Bon, Hubert, rassures-nous sur notre avenir :-)
Fais chauffer ta boule de cristal, fais péter ton album !
On sait et tu sais, que tu te passes très bien de tout le tintouin-marketingue, attirail des baltringues. Reviens !!

Allez, préparons-nous, Thiéfaine va jaillir, Charlélie va revenir, les cinémas rouvrir et plein d'autres trucs en "-ir" qui riment avec avenir.

Salutations numériques et doigts croisés !

Écrit par : Seb | 10/01/2021

Bonjour à tous

Merci Katell pour ton texte qui sonne toujours aussi bien avec son doux air de révolte.
Pour ma part, c’est en écoutant dernièrement camera terminus que j’ai eu cette sensation qu’Hubert avait eu comme une once de vision en écrivant cette chanson...

Je rêve d’un ciné, d’un musée, d’une expo et dans des moments de forte fièvre, je me mets même à rêver de concert ! Agglutinés les uns aux autres, rassemblés dans une même évasion , dans une fièvre conjointe ! Oui la culture est essentielle ! C’est elle qui nous nourrit et nous fait avancer. C’est elle qui nous allume et nous illumine, qui nous fait nous rendre plus beaux, plus forts et plus libres.

Mon dernier concert c’était Souchon (j’en ai parlé dernièrement ici) en février 2020. En janvier, j’avais vu Véronique Sanson. Sur fin 2019, il y avait eu Hubert à l’Olympia. Je me rappelle m’être dit intérieurement qu’il fallait que je calme un peu la cadence sur les concerts cause finances. Pauvre de moi ! C’était sans savoir ce qui m’attendait , ce qui nous attendait ! N’écoutant que mes envies (au diable la raison !) j’avais prévu d’aller voir Vincent Delerm en mars et Damon Albarn en juin... annulé, annulé.

Je surfe beaucoup sur le net actuellement à la recherche du moindre texte, de la moindre vidéo se rapportant à Hubert. Je l’écoute aussi beaucoup en ce moment, plus que d’habitude. Il me manque. Comme vous je rêve d’un nouvel album, beau, déroutant, ébouriffant.

Ton texte Delphine m’a redonné espoir ! Hubert travaillant comme toujours et malgré tout à nous préparer un nouvel album, une nouvelle perle... Voilà qui me réconforte et me laisse entrevoir une lueur d’optimisme...

Alors comme dirait Hubert... gaudeamus !

Écrit par : Bételgeuse | 10/01/2021

Salut Katell, salut tout le monde

"En l'An 2000, plus d'musique !". Ferré à l'intro, super !
J'aime vraiment ta façon d'agrémenter, d'ornementer tes textes, Katell. Mais tu le sais :-)
Je sais (je sens) que tu prends le temps de les penser. Et toujours, le ton juste. La citation idoine. Au bon moment. Essaye de pondre un commentaire qui tienne la route après ça !

Pour rejoindre ton propos (et non, tu ne nous choques pas), la culture est essentielle. Tous ici en sommes convaincus. Que serions-nous sans ces pansements ? Morose ? bluesy ? Musique. Un(e) autre pensera pour toi. Heureux ? Amoureux ? Un(e) autre nouera une bande-son à ton chagrin qui s'repose (oui, ben, moi aussi, j'essaye de placer du Léo, non mais ! Bon, d'accord, là, j'y vais avec mes gros sabots).

Quand tu cites "La vierge au Dodge 51" et le fait que les textes d'Hubert trouvent un écho dans l'actualité (Alligator 427, Quand la banlieue, ...), je repense à cette interview que j'ai revu (billet précédent) où HFT parlait de son angoisse de l'avenir au sujet des hordes façon Mad Max parcourant les campagnes... Glups...

Bon, Hubert, rassures-nous sur notre avenir :-)
Fais chauffer ta boule de cristal, fais péter ton album !
On sait et tu sais, que tu te passes très bien de tout le tintouin-marketingue, attirail des baltringues. Reviens !!

Allez, préparons-nous, Thiéfaine va jaillir, Charlélie va revenir, les cinémas rouvrir et plein d'autres trucs en "-ir" qui riment avec avenir.

Salutations numériques et doigts croisés !

Écrit par : Seb | 11/01/2021

Salut Katell, salut tout le monde

"En l'An 2000, plus d'musique !". Ferré à l'intro, super !
J'aime vraiment ta façon d'agrémenter, d'ornementer tes textes, Katell. Mais tu le sais :-)
Je sais (je sens) que tu prends le temps de les penser. Et toujours, le ton juste. La citation idoine. Au bon moment. Essaye de pondre un commentaire qui tienne la route après ça !

Pour rejoindre ton propos (et non, tu ne nous choques pas), la culture est essentielle. Tous ici en sommes convaincus. Que serions-nous sans ces pansements ? Morose ? bluesy ? Musique. Un(e) autre pensera pour toi. Heureux ? Amoureux ? Un(e) autre nouera une bande-son à ton chagrin qui s'repose (oui, ben, moi aussi, j'essaye de placer du Léo, non mais ! Bon, d'accord, là, j'y vais avec mes gros sabots).

Quand tu cites "La vierge au Dodge 51" et le fait que les textes d'Hubert trouvent un écho dans l'actualité (Alligator 427, Quand la banlieue, ...), je repense à cette interview que j'ai revu (billet précédent) où HFT parlait de son angoisse de l'avenir au sujet des hordes façon Mad Max parcourant les campagnes... Glups...

Bon, Hubert, rassures-nous sur notre avenir :-)
Fais chauffer ta boule de cristal, fais péter ton album !
On sait et tu sais, que tu te passes très bien de tout le tintouin-marketingue, attirail des baltringues. Reviens !!

Allez, préparons-nous, Thiéfaine va jaillir, Charlélie va revenir, les cinémas rouvrir et plein d'autres trucs en "-ir" qui riment avec avenir.

Salutations numériques et doigts croisés !

Écrit par : Seb | 11/01/2021

Bonjour Katell,
Eh oui une fois encore cet aspect un peu prophétique des paroles de Thiefaine... on peut aussi ré-écouter Le Temps des Tachyons...
Tu as raté Charlélie, moi j'ai raté Paul Personne... concert reporté puis tournée annulée... et, si certains artistes donnent des nouvelles depuis leur domicile et font des live, ce n'est vraiment pas le cas de mon bluesman favori, tendance ermite en Normandie, tout comme Hubert dans son Jura... en même temps je les comprends... et si je suis avide d'entendre ce que HFT aurait à dire sur cette pandémie, je me souviens de certains interviews où il expliquait clairement qu'il ne voulait surtout pas endosser ce rôle de "gourou" qui donnerait son avis sur les événements, la société, la politique... Sagesse.
Allez, bonne écoute de nos "pansements" favoris (pour moi en ce moment, Lucinda Williams, si vous ne connaissez pas, je vous recommande vivement !) et restons au chaud...

Écrit par : Delphine | 12/01/2021

Écrire un commentaire